Team Yume Nikki

Forum de la team Yume Nikki, espace de communication et de partage de conseils pour les decks et le jeu en général.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Janvier 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
CalendrierCalendrier
Derniers sujets
» [Fic]L'Achèvement du Destin
par honest Jeu 18 Jan - 20:18

» Le Démon d'un autre monde
par honest Lun 15 Jan - 22:14

» happy new year 2018
par chadow Mer 3 Jan - 15:36

» [Fic]L'avènement des Dieux
par Heart Mer 27 Déc - 23:08

» [Fic]Le dernier Esper
par Heart Mar 26 Déc - 23:20

» Joyeux Noël 2018!
par honest Lun 25 Déc - 10:42

Sujets les plus actifs
Les aléas des duels de monstre
Vie perso
[Fic] L'ascension des démons
Les aléas des duels de monstre 1
fun card
fun card
Vos animés du moment
Vie perso
Le topic pokémon
Les aléas des duels de monstre 3
Meilleurs posteurs
laura
 
Heart
 
91SteelWolf
 
mentali71
 
honest
 
chadow
 
Yota
 
BigPhoenix
 
StarDust-SD
 
Hoshi
 
Statistiques
Nous avons 20 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est TheDevilzWarrioz

Nos membres ont posté un total de 35661 messages dans 1179 sujets

Partagez | .
 

 [Fic] L'ascension des démons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21 ... 30 ... 40  Suivant
AuteurMessage
Heart

avatar

Messages : 4699
Points : 4928
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 20
Localisation : paris

MessageSujet: [Fic] L'ascension des démons   Dim 13 Juil - 1:17

Rappel du premier message :

yo! Bon, la saison 1 étant terminée, voila la saison 2 de la fic. Je vais tenter de corriger tous les petits points qui semblaient foireux dans la 1ere partie de la fic, donc soyez durs dans vos critiques pour que je ne refasse pas les mêmes erreurs Wink 
petite précision tout de même, à présent, nous aurons comme personnages principaux Laura et Darksky, et de temps en temps angéla. Quant à drago...vous verrez bien^^
sur ce, voila le prologue! Smile 


prologue:
 


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
honest



Messages : 1914
Date d'inscription : 03/01/2015

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 16 Mai - 10:35

Va essayer de te tailler les veines au ciseau, c'est pas pratique (j'ai pas essayé). Mais son oncle il a pas de rasoir ?
J'aime les persos dépressifs et chelous psychologiquement parce que .... parce que c'est une personnalité à laquelle on peut s'identifier facilement (surtout quand on partage le même type de caractère)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4699
Points : 4928
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 20
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 16 Mai - 10:57

je sais pas, tu te plantes les ciseaux dans les veines, c'est comme ca que j'ai pensé la chose^^
mais je sais pas, nagisa ne fouille pas dans les affaires de son oncle^^
bon, c'est vrai que Nagisa est peut-être la plus dépressive du groupe x)


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1914
Points : 1935
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Stairway to heaven

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 16 Mai - 11:51

Se planter les ciseaux dans les veines ? Faut pas avoir une merde dans l'œil quand tu plante. C'est pour ça qu'une lame ou un rasoir ca marche. En plus, si le ciseau est a bout rond, bonne chance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 16 Mai - 12:15

HH ? Tu peux faire suicider darksky a coup de cuillère ? pliz pliz pliz pliz
Revenir en haut Aller en bas
Heart

avatar

Messages : 4699
Points : 4928
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 20
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 16 Mai - 12:17

Non ça ira, Darksky va vivre encore un petit peu je pense :3
Mais elle fait avzc les moyens du bord la nagisa^^


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 16 Mai - 12:20

Un cuillère merde ! Une cuillère !
Revenir en haut Aller en bas
laura

avatar

Messages : 6001
Points : 6554
Réputation : 12
Date d'inscription : 04/01/2014
Age : 4

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 16 Mai - 12:20

AronGomu a écrit:
HH ? Tu peux faire suicider darksky a coup de cuillère ? pliz pliz pliz pliz
On est d'accord.


farewell dai...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jonetsu-yume.jeun.fr/
Heart

avatar

Messages : 4699
Points : 4928
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 20
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 16 Mai - 12:52

roh, mais qu'est-ce que vous avez contre les protagonistes? D:


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4699
Points : 4928
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 20
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 16 Mai - 17:18

cadeau pour n'avoir rien eu la semaine dernière^^
Nagisa : Au loin se trouve l’espoir

Prologue

Je contemple le plafond craquelé de ma chambre, repensant aux événements récents. Je n’aurais jamais pensé que Miyako finisse par accepter ainsi son passé. Je la pensais rigide comme l’acier, dotée d’une volonté inébranlable, mais à force de fuir son passé, elle avait finit par se blesser chaque fois qu’il la rattrapait.
Et moi alors ? N’avais-je pas fait la même chose durant ces trois semaines de désastre ? N’avais-je pas fait même pire, fuyant le présent ? Je refusais de voir la réalité telle qu’elle était, si bien que je m’étais enfermée dans une utopie, une illusion, mais lorsqu’elle s’est brisée, j’en ai ressenti l’onde de choc comme une déferlante, emportant tout avec elle, mes espoirs, mes rêves, ma maison et même mes proches…Aurais-je du rester ? Aurais-je du combattre avec eux plutôt que de m’enfuir et sauver ma peau ? Pourquoi avais-je survécu et eux non ? Pourquoi avais-je eu ce droit, moi qui n’étais qu’un fardeau ?
J’étais faible, je n’ai rien pu faire durant la guerre. Je n’ai cessé de me reposer sur mes proches, mes amis et même sur des inconnus. Tous ces gens m’ayant sauvé la vie, sont-ils eux-mêmes encore vivants aujourd’hui ?
Je sais bien que beaucoup ne sont plus de ce monde, ayant donné leur vie pour un monde meilleur, mais pour d’autres, le mystère reste entier, et cela, je ne peux le supporter. Rester dans l’ignorance sans jamais pouvoir découvrir la vérité, voilà un bien cruel supplice pour me punir d’être rester sur cette terre.
Mais il faut dire qu’avant toute cette histoire, je n’étais qu’une fille normale, bien qu’un peu faible, vivant dans un petit village comportant à peine cent habitants et perdu en pleine campagne. J’avais une vie tranquille, mes parents étaient boulangers, mon frère, Tomoya, venait à peine de finir ses études, depuis moins d’un an, et s’apprêtait à partir vers la ville. Quant à moi, j’étais en troisième, me préparant à passer mon brevet à la fin de l’année.
A l’école, je n’avais que peu de vrais amis. La plupart de ceux que je connaissais étaient déjà parti vers la ville en vue d’obtenir un bon lycée. Mais mes parents étaient trop attachés à notre village pour le quitter. Le résultat est que je passais la plupart de mon temps libre à flâner à travers champs, discuter avec les habitants ou simplement m’asseoir sur la place du village et profiter du soleil.
Mais cette routine fut brisée le jour où ce même soleil se coucha pour ne plus se lever…

Chapitre 1: crépuscule

Je fus réveillée par un bruit de moteur très désagréable. J’entrouvris un œil, puis l’autre avant de me souvenir que je m’étais endormie sur l’un des bancs du seul parc du village. Il faut dire qu’il faisait si beau ce jour là que je n’avais pas pu résister au sommeil, d’autant plus que l’endroit était très agréable à la fin du printemps. C’est pourquoi, être dérangée dans un moment comme celui là n’était que très peu appréciable.
Je fis donc les gros yeux à mon frère qui se tenait devant moi sur sa moto mais il n’eut pas l’air de se sentir coupable le moins du monde.
-Nagisa, il se fait tard, ce n’est pas prudent de trainer dans les rues à cette heure là.
-Je te signale que nous sommes dans un village de cent personnes, des vieux pour la plupart, et nous connaissons tout le monde, donc je ne vois pas en quoi ça serait dangereux Tomoya.
-Ne viens surtout pas te plaindre le jour où un fou passera dans le coin ; dit-il en me lançant un casque.
Je l’attrapai maladroitement tout en continuant à dévisager mon frère comme s’il était une bête étrange. Il n’avait pas du tout la même conception de la vie que moi. Il prenait toujours tout au premier degré, s’inquiétait de tout, allant parfois même jusqu’à prévoir des plans C au cas où son plan B ne marcherait pas. Mais moi je préférai largement prendre la vie comme elle se présentait. Je n’aimais pas ressentir la pression sur mes épaules, je voulais simplement vivre la vie la plus tranquille possible dans ce village.
Je me levai et lui rendis son casque en soupirant.
-Tu sais que la maison est à peine à cinq minutes d’ici ? Je ne sais pas pour toi, mais je vais profiter des derniers rayons du jour, on se retrouve ce soir.
Avant qu’il n’ait eu le temps de protester, j’étais déjà partie. Pourquoi toujours vouloir faire les choses aussi vite ? Mon père et ma mère étaient pareils au passage, toujours à vouloir que les choses tournent le plus rapidement possible. Le matin, lever à six heures pour préparer un maximum de pain puis dans la journée, durant les heures creuses, faire les courses, le ménage, la cuisine pour le soir, tout cela dans un laps de temps très réduit.
Je remontai la grande rue, observant les commerces s’apprêtant à fermer, saluant les voisins et écoutant le calme. J’étais bien heureuse de vivre ici et non dans une grande ville comme l’avaient décidé la plupart de mes amis. Ils aimaient peut-être bien le bruit, la pollution et l’anonymat, mais je préférais largement ma vie actuelle et je ne l’aurais échangé contre rien au monde.
J’arrivai devant la porte de chez moi après une trop courte ballade et je vis la moto de Tomoya déjà garée devant. Pourquoi me disait-il d’être prudente alors que lui même laissait son véhicule sans protection ?
En entrant, je me heurtai à un client – notre maison se trouvait au dessus de la boulangerie – que je n’appréciais pas particulièrement. C’était un vieil homme grincheux aux cheveux blancs comme neige, portant presque toujours un grand manteau noir, hiver comme été, et un chapeau qu’il n’enlevait jamais. Chaque fois qu’il venait, il proférait des menaces concernant la fin du monde et de notre société. Mes parents l’écoutaient pour lui faire plaisir, mais il nous faisait doucement rire, Tomoya et moi. Nous l’avions même surnommé le « vieux schnoque » comme nous ne connaissions même pas son nom.
Ce type était un mystère pour le village. Personne ne se souvenait de quand il était arrivé ni même ne savait s’il y était né, mais tout le monde le connaissait depuis toujours.
-Vous allez voir, très bientôt le voile des ténèbres recouvrira ce monde, le seigneur des ténèbres ne fera qu’une bouchée de vous et vous verrez à quel point ce en quoi vous croyiez, l’argent, la gloire et l’honneur, était futile ! Lançait-il de sa voix de crécelle.
-Monsieur, n’être vous pas un peu pessimiste ? L’interrogea ma mère faisant semblant de s’intéresser encore à ses propos. Je veux dire, pourquoi ne pourrions nous pas faire face à une menace imminente ?
-Ah, vous pensez que vos armes si évoluées pourront combattre le démon ? Vous vous mettez le doigt dans l’œil ma p’tite dame ! Je peux vous assurez que…
-Excusez-moi, mais nous allons fermer ; l’interrompit mon père qui venait d’arriver.
-Ne venez pas vous plaindre lorsque vous n’aurez plus rien d’autre que vos yeux pour pleurer ! S’exclama-t-il avant de disparaître au coin de la rue.
Une fois que nous fûmes sûrs qu’ils ne pouvaient plus nous entendre, nous éclatâmes de rire. C’était la même chose à chaque fois, mieux valait en rire qu’en pleurer, au moins cela égayait nos journées.
Tomoya arriva quelques secondes plus tard, l’air de se demander pourquoi nous étions si joyeux avant de comprendre et il soupira en se prenant la tête dans les mains.
-Il n’a pas bientôt fini lui ? Dit-il d’un ton las.
-Je pense qu’il n’arrêtera jamais tant que sa fameuse catastrophe ne se sera pas produite ; répondit mon père tout en continuant à rire.
-J’en viendrai presque à souhaiter que cela arrive, au moins il ne nous embêtera plus avec ses histoires ; continuai-je tout aussi joyeuse.
Je ne pouvais pas le savoir à l’époque la portée de mes paroles. Il faut toujours se méfier de ce que l’on souhaite, car les vœux se réalisent plus souvent qu’on ne pourrait le penser…

Quelques jours plus tard à peine, nous vîmes à la télévision un reportage très spécial, montrant la capitale assiégée pas d’étranges hommes portant des capes rouges. Il n’y avait personne dans les rues, les bars étaient fermés, de même que les grands magasins. Paris était vraiment devenue une ville fantôme. On pouvait même ressentir la peur des habitants, la tension était palpable jusqu’ici.
Je regardai par la fenêtre. Dans notre village également il n’y avait personne. La soirée était bien plus sombre que d’habitude, bien plus froide, bien plus inquiétante. On n’entendait même pas les hurlements des chiens ni les feulements des chats sauvages. C’était comme si toute vie s’était éteinte.
Soudain, les plombs sautèrent et nous nous retrouvâmes dans le noir le plus total.
-Encore une panne d’électricité, le maire va m’entendre, c’est moi qui vous le dit ; râla mon père en sortant une lampe torche d’un placard et tenta de rétablir le courant par lui-même, sans succès. Il avait beau actionner tous les boutons, il ne se produisait même pas une étincelle. Cela eut pour effet de le mettre d’assez mauvaise humeur.
-Des incompétents je vous dis, je sens que le maire va avoir beaucoup à faire ce soir !
Il ouvrit la porte avec violence mais recula tout aussi vite lorsqu’il vit que quelqu’un se trouvait sur le seuil.
Il éclaira le visage de l’étrange personne, s’apprêtant à la faire partir à grand coup de pied au derrière mais failli tomber à la renverse en voyant de qui il s’agissait.
-Vous ? S’exclama mon frère. Si vous voulez savoir, non, nous ne sommes pas responsables de la panne d’électricité !
Ma mère, plus diplomate, et voyant le visage refrogné de l’homme, s’avança à son tour.
-Bonsoir monsieur, pouvons nous faire quelque chose pour vous ?
-P’être bien que oui, p’être bien que non. Si vous voulez râler contre le gouvernement, c’est inutile, la source est ailleurs ; déclara-t-il.
-C’est à dire ? Demanda mon père commençant à perdre patience.
-Le démon, le démon est la source, je vous avais dit que rien ne pouvait l’arrêter et que…
Mon père ne lui laissa pas le temps de terminer et, le poussant, se précipita dans les rues à l’assaut de la mairie.
Le vieil homme le regarda avec un regard de pitié.
-Il ne sait pas ce qu’il fait. Je reviendrai vous voir une autre fois ; termina-t-il avant de tourner le dos.
Ce type faisait vraiment froid dans le dos, surtout en pleine nuit, sans lumière et dans un village perdu au milieu de nulle part. Mais, étrangement, cette fois-ci, j’avais senti comme une vérité dans ses propos, comme si ce n’était pas simplement de la folie pure ou une vieille superstition.
Cependant, mes doutes s’évanouirent lorsque le courant revint quelques heures plus tard après une manifestation générale des habitants devant la mairie.
Les semaines passèrent, nous n’eûmes plus de nouvelle du vieux, il ne venait même plus acheter son pain et personne ne l’avait revu depuis la panne de courant. La rumeur disait même qu’il avait quitté le village pour de bon.
En temps normal, sa disparition ne m’aurait pas inquiétée plus que cela, mais je ne pouvais m’empêcher de repenser à cet étrange soir. Il semblait être le seul sachant vraiment ce qu’il s’était passé, même le maire ne comprenait pas ce qui avait pu causer cette panne de courant. Je n’arrivais plus à dormir sur mes deux oreilles depuis cet incident. Je savais qu’il se tramait quelque chose dans l’ombre, quelque chose de maléfique, dangereux, capable de changer ma vie à tout jamais, mais je ne pouvais rien faire pour l’en empêcher.
Mes parents et mon frère agissaient comme d’habitude, mais j’étais persuadée qu’eux aussi sentaient la déferlante arriver.
Les jours continuèrent à s’écouler sans que rien ne se passe et la coupe du monde de duel commença. Je n’avais jamais été passionnée par ce jeu contrairement à ma famille, si bien que je dus suivre avec eux l’avancée du tournoi. Au bout du troisième duel, je fus moi même surprise de m’intéresser au dénouement. Tous les participants étaient forts, presque même effrayant pour certains comme cette fille portant une cape noire, écrasant tous ses adversaires sans même un sourire, ou bien le leader de l’équipe d’Héliopolis, un certains Hélios habillé comme pour un carnaval.
Enfin vinrent les demi-finale, opposant l’équipe Anglaise à la fameuse équipe d’Héliopolis. Sayer venait de se faire écraser par la fille en noire et les deux capitaines allaient maintenant s’affronter.
Les échanges de coups étaient violents, aucun des deux ne voulait céder du terrain à l’autre. Puis vint enfin le moment où les deux adversaires étaient acculés au bord du gouffre. D’un côté, un immense dragon noir comme la nuit, et de l’autre, un serpent plus grand encore, comme les basilics des légendes. Les deux créatures semblaient si réelles que je vis certaines personnes du public paniquer et tenter de s’enfuir.
Les monstres passèrent à l’attaque et notre écran devint si éblouissant que nous ne pouvions plus regardez. Lorsque nous ouvrîmes les yeux à nouveau, la télévision était devenue noire et l’électricité venait encore de sauter. Mon père jura et repartit une nouvelle fois à la mairie pour protester. Mais cette fois-ci, la lumière ne revint pas. Le maire n’y était pour rien, tout avait sauté y compris à la mairie. Plus les heures passaient, plus le mécontentement grandissait et ce fut rapidement le chaos dans le village.
Moins d’une semaine après, il ne restait presque plus personne dans le village. Tout le monde était parti vers la ville en attendant que la panne soit résolue. Il ne restait plus que nous, le maire ainsi que quelques habitants ne possédant pas de voiture, blessées ou ne voulant tout simplement pas partir. Cependant, je compris, trop tard, que nous aurions du nous enfuir bien plus tôt…
C’était une journée ordinaire, sans électricité. Le soleil de midi brillait fort et j’avais trouvé refuge à l’ombre d’un arbre avec mon frère. Ma mère préparait le pain à l’ancienne avec un feu de bois de fortune tandis que mon père était avec le maire, essayant de trouver une solution quand soudain
Soudainement, l’obscurité se fit. Je levai la tête au ciel, contente d’avoir un peu d’ombre mais je fus refroidie très rapidement. Au dessus de nous planait une ombre inquiétante, sans forme réelle. C’était tout sauf un nuage d’orage et je commençai à paniquer. Je le savais ! Elle était là, la menace que je redoutais depuis ce jour…
Je pris mon frère par le bras malgré ses protestations et je me précipitai vers la maison. En passant sur la place publique, je vis tout le monde rassemblé et observant le ciel avec la même appréhension que moi. Je remarquai ma mère et mon père dans un coin et nous nous précipitâmes pour les rejoindre.
-Papa, Maman, qu’est-ce qu’il se passe ici ? Demanda mon frère peu rassuré.
-Je suis sûr que ce n’est rien les enfants, restez simplement avec nous et tout ira bien ; affirma mon père tout en tremblant, ce qui ne me rassurait pas le moins du monde.
L’ombre sinistre dans le ciel descendit lentement et prit forme. Des ailes sortirent de son corps de brume, puis deux pattes griffues, un coup et deux yeux rouges comme le sang. Le monstre devait bien mesurer plus de cinq mètres de long et nous dominait tous.
-Je suis Gariatron, Démon originel des ténèbres, le voile qui va bientôt recouvrir votre misérable planète ; déclara l’ombre sinistre d’une voix plus grave que tout ce que j’avais pu entendre jusque là. Livrez moi le Phoenix immortel immédiatement ou vous subirez les foudres de ma colère !
Le Phoenix immortel ? Que voulait-il dire ? Les Phoenix n’existent pas d’un et de deux, même s’ils existaient, comment pourrait-il y en avoir un dans le village ?
Evidemment, personne ne répondit, tout le monde était bien trop effrayé pour oser demander ce que la créature voulait.
-Très bien, si vous ne me le donnez pas, je viendrai le prendre de force !
Un rugissement retentit et, sans aucune autre forme de procès, des boules de feu grosses comme des immeubles tombèrent du ciel. La panique s’empara des esprits et tous essayèrent de sauver leur peau. Mon père, dans la précipitation, nous entraina à sa suite vers la maison.
Mais, alors que nous avions presque atteint notre objectif, je reçus un éclat de pierre droit dans la jambe et je m’écroulai au sol.
-Nagisa ! Hurla mon père en s’arrêtant puis faisant demi-tour.
Je sentis le sol trembler sous moi et je levai la tête. Je fus pétrifiée instantanément. Une boule de feu fonçait droit sur moi, et sur mon père qui venait à ma rescousse.
-Va-t-en Papa ! Criai-je de toutes mes forces.
Il regarda à son tour vers le ciel et il accéléra le pas avant de m’attraper et de m’envelopper pour me protéger dans un effort désespéré.
C’était la fin, je sentais la chaleur insoutenable jusqu’ici. Aucun d’entre nous ne pouvait survivre à ça…


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1914
Points : 1935
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Stairway to heaven

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 16 Mai - 20:13

C'est fou ce que le vieux est visionnaire. Il sait faire des prédiction astronomiques ?
Sinon, un début comme je les aime. une situation normale. Un homme qui râle pour une coupure (j'ai l'impression de me voir en lui). Un vieux (c'est hyper mystérieux les vieux)

L'intervention du méchant est top classe :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4699
Points : 4928
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 20
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 16 Mai - 21:51

Eh c'est chiant les coupures de courant, surtout en pleine nuit >< (oui, je connais ça :3)
Mais le vieux, il est important pour l'histoire faut pas croire, il sera le centre du chapitre *_*
Mais il a rien de spécial mon méchant je trouve x)


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1914
Points : 1935
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Stairway to heaven

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 16 Mai - 22:34

Moi qu'il y ait coupure de courant ou pas, la nuit moi je dors (et ca me reveillera pas)
Justement, les vieux ca fait mystérieux, surtout quand ils ont un rôle important
Je dis pas que le méchant est spécial, c'est juste que son entrée est top classe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chadow

avatar

Messages : 1570
Points : 1599
Réputation : 1
Date d'inscription : 25/05/2014
Age : 16
Localisation : Dans les bras d'une loli

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Dim 17 Mai - 1:39

ben c'est gariatron quoi un mélange entre la gaïa-tyr ( une de mes teams) et tron se qui fait forcément un truc dément vu que on est tous des fadas du dogfight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4699
Points : 4928
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 20
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Dim 17 Mai - 9:01

mouai, un vieux reste un vieux, mais il est pas si mystérieux que ça vu que c'est le même que dans le chapitre précédent^^
mais l'entrée de mon méchant, il me semble qu'il fait presque la même dans le chapitre miyako, mais je suis plus sur pour le coup...
et gariatron, vous trouverez jamais l'origine de ce nom e.e


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1914
Points : 1935
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Stairway to heaven

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Dim 17 Mai - 10:57

Peut-être mais moi je trouve que le vieux, la manière dont il te sort "le voile des ténèbres va nous tomber sur le coin de la gueule" ou un truc dans le style, ca fait mystérieux (sans relire les chapitres précédents)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4699
Points : 4928
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 20
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Mer 20 Mai - 22:32

Nagisa le retour!

Nagisa: suite
Je pensais réellement que je vivais mes derniers instants sur cette terre. Mon cœur battait plus vite qu’après un sprint sur deux-cents mètres, tous mes membres tremblaient sans possibilité de me contrôler et de la sueur et des larmes perlaient de mon visage. Mais, plus je constatais les faits, plus je me rendais compte que j’aurais déjà du être brûlée vive depuis longtemps.
Je levais timidement la tête et je vis au dessus de mon père la boule de feu, immobile dans les airs juste au dessus de nos têtes.
Non…ce n’était pas une boule de feu, du moins, pas comme les précédentes. Celle-ci avait une forme précise, une forme…d’oiseau…Oui, un oiseau de feu planait au dessus de nous, un oiseau de feu mieux connu dans la mythologie sous le nom de Phénix…
Mon père leva la tête à son tour et écarquilla les yeux devant la créature mythique. Le Phénix poussa un cri avant de s’évaporer dans les airs.
Encore sous le choc, nous nous relevâmes pour aller rejoindre ma mère et mon frère qui nous accueillirent les larmes aux yeux.
C’est alors que je vis quelqu’un dans l’ombre d’une maison, un disque de duel à la main. Je ne pouvais pas distinguer son visage à cause des flammes qui nous séparaient mais quelque chose me disait que l’oiseau de feu était l’un de ses monstres et qu’il venait de nous sauver la vie…
Mon père nous ordonna de nous cacher à la cave en attendant la fin du fléau. Nous restâmes donc cloitrés dans cet espace restreint plusieurs heures durant. Il n’y avait ni lumière ni aération. Nous ne pouvions pas rester cachés éternellement. Nous entendîmes plusieurs bruits d’explosions au dessus de nos têtes, des cris de terreurs, des pleurs de lamentations, mais nous n’osions pas sortir, c’était à peine si nous osions respirer.
Finalement, après un temps qui me sembla infini, tout bruit cessa pour ne laisser qu’un horrible silence de mort. Prudemment, mon père actionna la trappe de la cave et passa la tête dehors avant de nous faire signe de le suivre.
Lorsque je fus à l’extérieur, ce que je vis me sidéra. Il ne restait rien de notre village. Toutes les habitations étaient en ruines ou en proie aux flammes pour les dernières encore debout. Toutes les autres n’étaient plus qu’un tas de pierres éparpillées au sol à côté de meubles carbonisés, d’ustensiles de cuisine et de vêtements en lambeaux.
-Co…Comment cela a-t-il pu arriver ? Bégaya mon frère en ramassant un bout d’ours en peluche qui trainait par terre.
-Ohe, est ce qu’il y a quelqu’un ? Cria mon père dans le vide.
Seul le silence lui répondit, accompagné du crépitement des flammes. Nous marchâmes parmi les décombres de la grande rue jusqu’à la mairie. Je ne reconnaissais plus rien, toutes ces maisons autrefois familières m’étaient étrangères à présent. Les cendres recouvraient le trottoir comme une neige grise et chaude, dangereuse et mortelle, belle et effrayante à la fois. Où étaient passés tous les habitants ? J’espérai sincèrement qu’ils avaient pu s’enfuir à temps…
La mairie n’avait pas été épargnée. Le majestueux bâtiment se résumait à présent à quatre pans de murs qui tenaient à peine debout. Le toit avait disparu, les fenêtres étaient brisées en mille morceaux et les portes défoncées.
Soudain, nous entendîmes comme un râle. Je me figeai avant de voir celui qui venait de gémir. C’était le maire. Il était au sol, une grande flaque rouge autour de lui. Mon père se précipita à son aide.
-Tu es encore là Fukuhara…Dit le maire d’une voix à peine audible. Je pensais être le dernier encore en ville…
-Dis-moi, que s’est-il passé ici ? Où sont passés tous les gens ?
-Partis…Ils sont tous…sains et saufs…Enfin, je l’espère…
Un rictus déforma son visage et il mit sa main sur son ventre où une énorme tache noire salissait sa chemise.
-Ne bouge pas, nous allons t’aider !
-C’est trop tard Fukuhara, je n’en ai plus pour longtemps…J’ai aidé tout le monde à quitter le village…mais moi, je resterai ici quoiqu’il arrive…
-Ne dis pas n’importe quoi, Sana, donne moi quelque chose pour arrêter l’hémorragie ! Demanda mon père à ma mère tout en attrapant la main du maire.
Elle lui tendit un bout de tissu qui trainait par terre et mon père l’enroula autour du ventre du maire. Il grimaça mais ne protesta pas.
-Si têtu Fukuhara…On ne te changera pas…
-Tais-toi donc un peu et économise toi, c’est presque fini !
Le vieil homme ferma les yeux puis, souriant une dernière fois, il rendit son dernier souffle.
-Adieu mon ami…Déclara solennellement mon père en retenant des larmes.
Il resta au chevet du maire pendant une bonne heure sans dire un mot. Je savais qu’ils se connaissaient depuis longtemps, ils avaient presque grandi ensemble dans ce village. Lui dire adieu devait lui être insupportable.
Alors que mon père s’apprêtait à se relever, l’un des murs au dessus de lui vacilla, menaçant de l’écraser. Affolée, j’allais le prévenir de dégager en vitesse quand une ombre furtive passa à côté de moi et, l’instant d’après, mon père avait disparu dans un tourbillon de feu sorti de nulle part.
J’hurlai de terreur avant de voir que le tourbillon se déplaça et reposa mon père en sécurité quelques mètres plus loin, sans aucune blessures.
A côté de lui se trouvait quelqu’un que j’avais très envie de voir depuis des semaines, quelqu’un qui avait certainement les réponses à toutes mes questions, quelqu’un qui venait de sauver la vie de mon père, pour la seconde fois : le vieux schnoque.
-Qu’est-ce que je vous avais dit ? Grogna-t-il avec sa voix rauque habituelle. Personne ne m’écoute jamais et voilà comment ça se termine !
-Vous…vous m’avez sauvé la vie ? Bégaya mon père encore sous le choc.
-Bah oui, je ne suis pas cinglé au point de vous laisser vous faire écraser par un mur. Par contre, je crois que votre ami n’a pas eu la même chance que vous…
-Je…je ne sais pas comment vous remercier…
-Remerciez plutôt Garunix, c’est lui qui m’a prévenu que des fous étaient encore au village !
-Euh…Merci ; dit mon père à l’oiseau de feu qui se tenait en face de lui.
-Bon, trêve de bavardage, nous ferions mieux de ne pas trainer, le démon ne va pas tarder à envoyer des sbires à ma recherche et s’ils vous trouvent, vous passerez une sale quart d’heure.
Le vieux nous tournait déjà le dos et commençait à marcher en direction de la forêt, suivi de son oiseau de feu quand mon père l’interpella à nouveau.
-Attendez un peu vous…Qui êtes-vous ? Comment avez-vous pu prédire que tout cela arriverait ? Qui est cette créature sombre ? Qui est l’oiseau de feu ? Qui est…
-Que de questions, je n’ai pas vraiment le temps d’y répondre maintenant mais je me ferai une joie de le faire plus tard, lorsque nous serons hors de danger.
-Une minute, je vous suis peut-être redevable pour m’avoir sauvé la vie, mais on ne sait même pas qui vous êtes, comment savoir si on peut vous faire confiance ?
-La confiance est une vertu primordiale en temps de guerre. Mais bon, si vous voulez rester ici, je n’ai pas le pouvoir. Je pars vers la ville. Vous ne devriez pas trainer vous non plus si vous tenez à la vie.
-Attendez, il fait nuit, vous ne voulez pas attendre le lever du soleil ? Demanda ma mère.
-Le soleil ? J’ai bien peur qu’il ne se lève plus avant longtemps…
Le vieil homme disparut parmi les arbres en nous laissant seuls parmi les ruines et la désolation, complètement déboussolés par la situation.
Mon frère tourna la tête vers ce qui fut autrefois notre village et un voile de tristesse passa devant ses yeux.
-Papa…Qu’est-ce qu’on va faire maintenant ?
-Je…Je ne sais pas Tomoya, je ne sais pas… répondit-il sans conviction.
-Attendez, vous n’entendez pas quelque chose ? Nous interrompit Maman en nous faisant signe de nous taire.
Au début, je n’entendais rien de plus que les flammes et le vent, mais en prêtant l’oreille plus attentivement, je finis par percevoir comme des bruits de pas foulant un sol caillouteux. Je ne savais pas ce que c’était mais tout cela était bien trop ordonné pour être un simple groupe de passage, cela ressemblait plus à une armée marchant au pas.
Comme ayant retrouvé toute son énergie, mon père nous attrapa par la main et nous ordonna de le suivre pour nous cacher dans la forêt.
En faisant le moins de bruit possible, nous avançâmes prudemment parmi les feuillages, faisant attention à éviter tout mouvement brusque qui aurait pu nous trahir. Je ne savais pas où nous allions et je doute que mon père ne l’ait su également. Nous allions simplement tout droit, évitant les chemins balisés, nous enfonçant toujours plus profondément dans la forêt.
Il faisait si sombre que nous voyions à peine où nous mettions les pieds, si mon père était tombé dans un ravin, nous l’aurions certainement suivi sans même nous en rendre compte.
Cependant, pendant notre traversée, rien de grave ne nous arriva et nous arrivâmes à une petite clairière. La lune éclairait de ses faibles rayons le sol de la forêt en perçant à travers le feuillage épais des arbres.
Nous étions épuisés, aucun d’entre nous n’avait mangé depuis le déjeuner. Mon père proposa de camper là et tout le monde acquiesça. Je m’endormis très rapidement contre un gros rocher, espérant que tout cela n’était qu’un cauchemar, qu’en rouvrant les yeux, tout serait revenu à la normale, que je me réveillerais dans mon lit, chez moi, dans une maison avec un toit, des murs, dans un village encore plein de vie…
Le lendemain, en ouvrant les yeux, l’obscurité me fit d’abord croire que je n’avais dormi que quelques heures avant de regarder ma montre. Je dus regarder à plusieurs reprises pour être sûre que je ne rêvais pas, mais non, il était bel et bien midi et la forêt restait plongée dans la nuit la plus totale. Ma famille se réveilla quelques minutes après moi et fut tout aussi étonnée.
-Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Grogna mon père. Il n’y a même pas un seul nuage dans le ciel, comment peut-il faire aussi sombre ?
-Peut-être que le vieux avait raison ; hésita mon frère, peut être que le soleil ne se lèvera plus en fin de compte.
-Plus de soleil ? Mais c’est inconcevable ! C’est totalement anti rationaliste ! S’exclama ma mère qui aimait la logique plus que tout.
-Résumons donc la situation : il fait nuit, il est midi, nous n’avons plus de village et il semblerait que nous soyons suivis ; déclara mon père avec un sang froid incroyable. Que devons-nous faire selon vous ?
-Retrouver le vieux ! Dis-je soudainement sans réfléchir à mes paroles.
Leurs regards se tournèrent vers moi, attendant que j’explique ce que j’avais derrière la tête.
-Vous avez bien vu, il en sait sûrement bien plus que nous sur ce qui se passe en ce moment, il l’avait même prédit, je pense que si nous le retrouvons, il pourra nous aider.
-Ce type ne m’inspira pas plus confiance qu’un renard ; lâcha mon père.
-Retrouver le schnoque ? Ce n’est qu’un fou et il pourrait être n’importe où à l’heure qu’il est ; continua mon frère l’air embêté.
-Ce n’est pas si sûr, il n’y a qu’un seul chemin pour se rendre à la ville la plus proche, c’est certainement celui qu’il a emprunté pour trouver de l’aide ; termina ma mère en pointant le nord.
D’un commun accord, nous décidâmes de suivre cette voie, sans savoir exactement ce que nous allions faire une fois le vieux retrouvé. Mais je sentais au fond de moi que c’était la meilleure chose à faire dans cette situation. Nous ne savions ni où aller, ni comment nous en sortir et notre seul appui était ce vieil homme barjot. J’espérai simplement ne pas avoir donné une idée qui nous aurait couté cher à tous…


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1914
Points : 1935
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Stairway to heaven

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Jeu 21 Mai - 19:17

C'est beau la description d'un véritable enfer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mentali71

avatar

Messages : 3406
Points : 3881
Réputation : 5
Date d'inscription : 11/02/2014
Age : 26
Localisation : tu vois chalon sur saone ? gg tu m'as trouvé

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Jeu 21 Mai - 19:18

je parie que le deck de nagisa c'est le deck du viellard



 "Tsudoishi negai ga aratani kagayaku hoshi to naru! Hikari sasu michi tonare! Shinkuro Shoukan! Hishouseyo, Sutādasuto Doragon!"
"Ouja no Kodou, Ima Koko ni Retsu wo Nasu. Tenchi Meidou no Chikara wo Mirugaī! Shinkuro Shoukan! Waga Tamashī, Reddo Dēmonzu Doragon!

"Kuroki Senpū yo! Himetaru Omoi wo sono Tsubasa ni Genshutsu seyo! Shinkuro Shoukan! Maiagare, Burakkufezā Doragon!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4699
Points : 4928
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 20
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Jeu 21 Mai - 21:55

Un petit enfer ça ne fait pas de mal, surtout quand je me suis pas du tout arrête sur les dégâts causés durant le chapitre miyako et dans la saison 1^^
Y'a des chances Mentali, y'a des chn ces Wink


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1914
Points : 1935
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Stairway to heaven

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Ven 22 Mai - 14:26

Bon ben j'attends la suite pour voir ça
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4699
Points : 4928
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 20
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Dim 24 Mai - 18:35

dernière sous partie du premier chapitre nagisa :3

chapitre Nagisa: suite
Nous marchâmes encore pendant deux bonnes heures dans la sombre forêt. En réalité, elle n’était pas si sombre, mais sans soleil pour l’éclairer ni étoile dans le ciel, nous avancions vraiment à l’aveuglette, nous guidant uniquement grâce à la lumière de nos téléphones, lampe torche ou tout ce qui était susceptible de produire un peu de lumière.
Un bon point était que ceux qui nous poursuivaient semblaient avoir perdu notre trace mais nous n’étions pas rassurés pour autant. Autour de nous, il n’y avait pas un seul bruit, pas un oiseau, pas un bruissement de feuille, comme si même le vent s’était arrêté de souffler, comme si toute vie avait quitté cette terre en même temps que le soleil.
Nous avancions en nous tenant tous la main, frémissant que l’un d’entre nous se détache du groupe pour se perdre à jamais dans les ténèbres.
Finalement, nous arrivâmes à une autre clairière d’où provenait un peu de lumière. Sans réfléchir une minute de plus, je me précipitai vers la source de vie sans tenir compte des avertissements de ma mère et je débouchai au beau milieu de l’enfer…
Devant moi, cinq hommes portant des capes noires encerclaient le vieux schnoque. Ce dernier semblait sévèrement blessé et se tenait le bras en grimaçant. Autour des sinistres individus, des créatures plus immondes les unes que les autres fixaient le vieil homme d’un œil mauvais, prêtes à lui sauter dessus au moins ordre.
Lorsqu’il me vit, il écarquilla les yeux et je me figeai à mon tour. Que devais-je faire dans une situation pareille ? Derrière moi, mes parents me suppliaient de revenir mais je ne pouvais pas abandonner ce type à son propre sort, il fallait que je fasse quelque chose mais quoi…
Soudain, comme sentant ma présence, l’une des créatures se retourna et entraina toutes les autres avec elle.
-Tiens, mais qu’avons nous là ? Une petite souris ayant perdu sa maison. Dit l’un des hommes avec un rire sadique.
-Nous n’avons que faire des gêneurs ; débarrasse-toi d’elle vite fait et occupons nous de notre butin ; répliqua un autre.
-Evidemment, attaque, broww, chasseur du mon…
Il ne termina pas sa phrase car le vieil homme, comme dans un ultime effort, se jeta sur lui de tout son poids. Immédiatement, les regards retournèrent à lui et les créatures repassèrent à l’attaque.
Cependant, je vis quelque chose tomber de la main du vieil homme et voler dans ma direction. Profitant d’un moment de distraction, je sautai et attrapai le morceau de carton, que je reconnus. C’était lui, l’oiseau de feu qui avait sauvé la vie de mon père au village !
Dès que mes doigts frôlèrent la surface de la carte, je ressentis quelque chose d’étrange parcourir mon corps, comme des fourmillements. Tout à coup, tout autour de moi devint clair comme en plein jour. Je me sentais revigorée, prête à escalader une montagne, ou tout simplement écraser ces types d’un seul coup.
Guidée par cette force nouvelle, je brandis la carte au dessus de ma tête et une intense lumière illumina la clairière.
-Roi ancestral, né des flammes les plus brulantes de la terre, toi qui rennais des cendres avant de réduire tes ennemis en fumée, élève-toi et apporte-moi la victoire dans ce combat : Avatar, grand roi du feu, Garunix !
Au dessus de ma tête, la lumière s’intensifia et, dans un flash aveuglant, un immense oiseau de feu descendit du ciel dans un nuage de feu. Les agresseurs reculèrent, surpris devant l’arrivée impromptue de ce géant rouge, laissant le vieil homme libre de s’enfuir.
-Le voilà, Garunix est là, attaquez ! Rugit l’un des hommes en noir.
-Garunix !
Alors que toutes les créatures se jetaient sur le grand phénix, ce dernier, d’un battement d’ailes enflammées, les repoussa comme de vulgaires brindilles et ils s’écrasèrent sur le sol dans un fracas abominable devant les regards ébahis des hommes.
-Maintenant Garunix, finis-les avec ton feu sacré !
L’oiseau ouvrit la bouche et un déluge de flammes déferla sur les monstres qui disparurent instantanément, laissant derrière eux une forêt en feu Paniqués, les hommes se retirèrent, non sans jurer en nous laissant seuls avec le vieux.
Mes parents et mon frère sortirent prudemment de leur cachette, ne sachant pas très bien comment réagir.
Soudain, toute l’énergie qui m’avait envahie se dissipa et l’oiseau disparut. Je vacillai et mon père me rattrapa avant que je tombe au sol.
-Ne refais plus jamais ça Nagisa ; dit-il en me serrant dans ses bras.
-Tout va bien papa…enfin, je crois…Pour l’instant, je crois qu’on a plus urgent à faire.
En effet, le vieil homme était assis contre un arbre, se tenant toujours le bras, ne pouvant pas faire un seul mouvement. Ma mère et mon frère s’approchèrent de lui et lui demandèrent s’il avait besoin d’aide.
-Non, je vais très bien, ça ne se voit pas ? Railla-t-il avec une grimace.
-Allons, montrez-moi votre bras.
Au moment même où elle le toucha, il hurla de douleur et ma mère fronça les sourcils.
-Je crois bien que c’est cassé. Je vais vous faire un bandage de fortune, mais il faudra vous faire soigner assez vite.
Elle prit un bout de tissu qui trainait dans son sac et l’attacha avec un bâton pour fabriquer une attelle de fortune.
-Merci ; se contenta de répondre le vieux un peu déstabilisé.
-Et maintenant monsieur, pouvez-vous nous expliquer ce qu’il se passe vraiment ? Demanda-t-elle une fois certaine que le bandage tenait. Qui êtes-vous pour que ces hommes s’en prennent à vous ?
-Je croyais que vous ne me faisiez pas confiance.
-On ne peut pas savoir à qui faire confiance, mais nous nous connaissons depuis longtemps, c’est pourquoi vous êtes plus digne de confiance que les autres.
Le vieil homme hésita un instant, puis déclara :
-Soit, je vais vous dire ce qu’il se passe réellement ici, mais je doute que cela vous plaise ou que vous puissiez le concevoir.
-Allez-y, nous sommes totalement perdus, nous ne savons même pas où aller ; dit mon frère tristement.
-Tout ce qui arrive maintenant, les destructions, les monstres, les hommes en noir, tout est de la faute du démon originel, Gariatron…
-Gariatron ? N’était-ce pas ce gros nuage noir qui survolait le village ? Demanda ma mère confuse.
-Cette chose était tout sauf un nuage ! Ce que vous avez vu, la chose qui a détruit le village n’était qu’une manifestation de l’esprit du démon ! A l’heure actuelle, je ne sais pas exactement où il se trouve, mais son véritable pouvoir est bien plus grand encore !
-Attendez une minute, temps mort, est-ce que vous pourriez commencer dès le début ? Le coupa mon père.

https://www.youtube.com/watch?v=TvB8E8FgMug

« C’était il y a bien longtemps, alors que les pyramides dominaient encore le monde, l ‘Egypte ancienne était commandée par un homme du nom d’Hélios. Il était le souverain modèle, généreux, puissant, n’hésitant pas à se sacrifier pour son peuple, mais il cachait au fond de lui un lourd secret. Pour devenir roi, il avait du passer un pacte avec une créature maléfique, un démon du nom de Gariatron. Alors qu’il pensait pouvoir contrôler le démon, la mort de sa femme durant la guerre contre le diabound, Celestia, l’a anéanti. Dès ce moment là, il a commencé à perdre le contrôle de lui même, pillant, détruisant et asservissant son beau royaume. Le mythe de bon roi Hélios était loin dans l’esprit de tous.
Cependant, les habitants, révoltés, se liguèrent contre lui. Une rébellion éclata, menée par sa propre sœur, Luna. Hélios était seul contre tous et malgré son pouvoir presque tout puissant, il ne put faire face. Le roi déchu tomba emportant avec lui la malédiction du démon, laissant derrière lui un pays en ruines. Tous pensaient que le démon avait péri avec lui, mais c’était une erreur, aucun d’entre eux n’avait disparu. Se souvenant alors de la prophétie qui avait détruit son frère, Luna décida de s’exiler vers le nord, tentant d’échapper à ces tourments. Et voilà qu’à présent, cinq-mille ans après, le sceau emprisonnant le démon et le roi fou s’est brisé, rependant une nouvelle ère de ténèbres sur le monde… »
Un long silence accompagna la fin du récit du vieil homme. Tout cela semblait si…impossible. Un démon, un roi immortel, une guerre, tant de choses que nul ne savait et qui pourtant étaient bel et bien arrivées. Mais, même si je ne pouvais qu’accepter les faits, une dernière question me restait sur les lèvres.
-Et…quel est le rapport avec nous ? Demandai-je en brisant le silence.
-Avec vous ? Aucun.
-Dans ce cas, pourquoi notre village a-t-il été détruit ?
Le regard du vieil homme se voilà et il regarda le sol tristement.
-Gariatron…a une revanche à prendre sur ses ennemis passés…
-Mais, ils sont tous morts ! M’exclamai-je.
-Oui, mais leurs descendant sont toujours en vie…Et il se trouve que je suis l’un des leurs…
Nous sursautâmes tous en entendant cette révélation. Nous qui prenions ce type pour un simple vieil homme qui n’avait plus toute sa tête, apprendre qu’il était le descendant d’une famille aussi ancienne était un vrai choc.
-La rébellion était menée par trois personnes en plus de la sœur d’Hélios : le phénix, un certain Jin, mon ancêtre, la fille adoptive d’Hélios, Cynthia et le vieux prêtre Amon, gardien des secrets d’Héliopolis. Je suis vraiment désolé…si le village a été détruit, c’est entièrement de ma faute, donc si vous voulez vous venger, tuez moi maintenant, ça m’évitera de devoir fuir les sbires du démon plus longtemps…
Mon père s’approcha du vieil homme, l’air menaçant, et leva le poing dans sa direction. L’autre ferma les yeux, s’apprêtant à recevoir le coup, mais au lieu de le frapper, il lui posa simplement la main sur l’épaule d’un geste amical.
-C’est vrai qu’à cause de vous, notre village a été détruit, mais cela ne servirait à rien de nous venger. Vous êtes simplement une victime dans cette affaire, tout comme nous.
-Je…merci de comprendre ce que je dois porter sur mes épaules…
-Cependant, nous ne pouvons pas nous reposer ici, nous devons partir avant que ces hommes ne reviennent pour vous.
-Vous n’avez pas à supporter le poids de mon héritage, vous pouvez fuir tant qu’il en est encore temps.
-Fuir ? Ou ça ? Si ces hommes sont bien des esclaves du démon, il y aura un jour où ils finiront par chercher à nous détruire nous aussi. En temps de guerre, nous devons nous serrer les coudes !
-Vous avez certainement raison…
Le vieil homme se leva et fit face à mon père de toute sa hauteur.
-Je vais faire ce que j’ai à faire, tout comme mon ancêtre l’a fait avec moi, je vais protéger ce monde du tyran et du démon ! Mais pour cela, j’ai besoin de retrouver ceux qui ont accompagné mon ancêtre, seriez-vous prêts à les chercher avec moi ? J’ai entendu dire que l’un d’entre eux se trouvait au nord.
-Evidemment, et justement, mon frère habite dans le nord, je suis sur qu’il sera d’accord pour nous héberger ; déclara mon père ayant repris toute son assurance.
-C’est un chemin difficile qui s’ouvre à nous, je ne peux rien vous garantir ; avoue le vieil homme. Il est encore temps de changer d’avis.
-Je crois que c’est trop tard, quand papa à une idée en tête, impossible de la lui retirer ; soupira Tomoya.
-Bien, dans ce cas, il est temps de partir…une dernière chose Nagisa ; dit-il en se tournant vers moi.
-Oh, vous voulez votre carte, prenez-la…
-Garde la, je pense qu’elle te sera bien plus utile à toi qu’à moi. Je n’ai pas d’enfant, mais s’il devait m’arriver quoique ce soit, c’est à toi que je confie le soin de mon héritage.
-J’essaierai d’en être digne ; dis-je, peu assurée.
Ainsi commença notre périple qui devait nous conduire à arrêter le démon à son terme. Cependant, je ne connaissais pas encore le prix à payer au moment d’accepter cette quête, un prix bien trop élevé pour une enfant d’à peine quatorze ans comme moi…


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1914
Points : 1935
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Stairway to heaven

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Dim 24 Mai - 19:01

Quelle belle histoire dans une histoire. Un bad boy qui fit copain-copain avec un pas beau, ...
C'est pas trop mal quoique une description de la longue marche dans le noir qui me plait pas tellement
(Moi j'aurais sorti une phrase du style "on y voit comme à travers une pelle" mais ça c'est dans certains moments)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4699
Points : 4928
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 20
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Dim 24 Mai - 19:15

ah oui, cette partie je l'ai faite en 3 fois je crois et pour la première j'avais un peu la tête ailleurs en même temps donc elle est peut être un peu moins bien^^ Je retiens la métaphore de la pelle, ça peut toujours servir x)
mais l'histoire d'hélios, je la révèle petit à petit en la dispersant un peu dans plein de chapitres différents, je la reconstituerai dans le chapitre spécial hélios de la saison 3^^ la c'était les grandes lignes de la fin du règne, mais on aura aussi le début, la guerre qui est déjà passée et l'enfance normalement


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1914
Points : 1935
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Stairway to heaven

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Dim 24 Mai - 21:27

Le coup de la pelle je l'ai vu dans Kaamelott (fana inconsidéré de la série)


Sinon moi je trouve que rappeler l'histoire d'un type à des moments différents c'est pas mal parce que ça empêche le lecteur d'oublier et d'aller rechercher un chapitre antérieur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4699
Points : 4928
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 20
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Dim 24 Mai - 23:28

ah kamelott, c'est marrant ca x)
et j'ai remarqué que vous oubliez tous l'histoire d'hélios, donc vous allez en bouffer de l'hélios maintenant e.e
enfin, prochain chapitre, va y avoir un peu plus d'action que dans ce chapitre d'intro^^


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1914
Points : 1935
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Stairway to heaven

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Dim 24 Mai - 23:38

Moi ca me fait plus que marrrer
Enfin bon, "vous allez bouffer du hélios", perso je me coltine Stendhal, Hugo, Diderot etc donc les histoires longues, je suis amateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Fic] L'ascension des démons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 20 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21 ... 30 ... 40  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Fic] L'ascension des démons
» [FW] Nouveautés Démons Forgeworld
» [Démons] Optique de no-limit monothéiste Slaanesh
» Bourse Expo de MONS ( Belgique )
» Les démons majeurs ? lequel choisir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Yume Nikki :: Discussions generales :: Créations :: Fanfiction-
Notre Team OTK
Notre Youtube
Nos Events