Team Yume Nikki

Forum de la team Yume Nikki, espace de communication et de partage de conseils pour les decks et le jeu en général.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Derniers sujets
» Le démon d'un autre monde
par honest Mer 21 Juin - 15:58

» [Fic]L'Achèvement du Destin
par Heart Dim 11 Juin - 20:21

» absence temporaire
par mentali71 Mer 7 Juin - 17:14

» Un serveur discord ?
par honest Mar 9 Mai - 7:29

» Dessins de Heart
par honest Mar 18 Avr - 17:29

» absence temporaire
par mentali71 Dim 9 Avr - 17:26

Sujets les plus actifs
Les aléas des duels de monstre
Vie perso
Les aléas des duels de monstre 1
fun card
[Fic] L'ascension des démons
fun card
Vos animés du moment
Vie perso
Le topic pokémon
Les aléas des duels de monstre 3
Meilleurs posteurs
laura
 
Heart
 
91SteelWolf
 
mentali71
 
honest
 
chadow
 
Yota
 
BigPhoenix
 
StarDust-SD
 
Hoshi
 
Statistiques
Nous avons 20 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est TheDevilzWarrioz

Nos membres ont posté un total de 35267 messages dans 1133 sujets

Partagez | .
 

 [Fic] L'ascension des démons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
mentali71

avatar

Messages : 3246
Points : 3641
Réputation : 5
Date d'inscription : 11/02/2014
Age : 26
Localisation : tu vois chalon sur saone ? gg tu m'as trouvé

MessageSujet: [Fic] L'ascension des démons   Dim 6 Mar - 18:51

Rappel du premier message :

sinon petite commande j'ai besoin d'un coup de main pour mon prelude au tournoi de ma fic



 "Tsudoishi negai ga aratani kagayaku hoshi to naru! Hikari sasu michi tonare! Shinkuro Shoukan! Hishouseyo, Sutādasuto Doragon!"
"Ouja no Kodou, Ima Koko ni Retsu wo Nasu. Tenchi Meidou no Chikara wo Mirugaī! Shinkuro Shoukan! Waga Tamashī, Reddo Dēmonzu Doragon!

"Kuroki Senpū yo! Himetaru Omoi wo sono Tsubasa ni Genshutsu seyo! Shinkuro Shoukan! Maiagare, Burakkufezā Doragon!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
Heart



Messages : 4572
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Mar 5 Avr - 22:13

Le monstre de pierre poussa un cri et battit des ailes avant de s’envoler en soulevant un épais nuage de poussière autour de lui. Je me sentais mal après ce que je venais de faire à Miyako. Elle avait toujours pris soin de moi, elle avait accédé à ma requête pour voir Shadow la première fois et elle soutenait mon père depuis le début, et comment la remerciai-je ? En m’enfuyant avec son prisonnier.
Cependant, alors que je pensais que tout était fini, un vif éclat lumineux surgit juste devant nous et nous obligea à nous arrêter. Lorsqu’il se dissipa, un grand guerrier aux cheveux bleus et portant une armure d’or apparut et nous barra la route. Comparé au monstre de Shadow, il était minuscule, mais il dégageait une aura de puissance tandis qu’aux creux de ses mains brillait ce qui ressemblait à une sphère lumineuse.
-C’est inutile Présidente Hikari, vous pensez vraiment que votre monstre ait la moindre chance face à Darkness Shadow ? Demanda Shadow en fermant les yeux.
-Iori, sois raisonnable, ne te laisse pas manipuler par Shadow ! Quoiqu’il t’ait dit, ne l’écoute pas ! Lança Miyako depuis le sol.
-Allons, allons, je suis une fois de plus le fautif dans l’histoire, mais je n’ai rien demandé moi, c’est cette chère Iori qui est venue me trouver, je ne fais que la suivre moi ; répondit le criminel en haussant les épaules.
-Iori…
-C’est la vérité Présidente Hikari, j’agis de mon propre chef afin d’aider mon père !
-Ton…père ? Répéta-t-elle interdite.
-Oui, je vais sauver mon père…grâce à Laura !
-Lau…Laura, tu dis ?
Hiroki poussa Miyako, l’air exaspéré et activa son disque de duel, de même que les UWS.
-Tu es trop sentimentale Miyako, je vais régler cela rapidement. Tranche tout sur ton passage, Constructution, Marionnette de l’ombre El !
Aux côtés du guerrier à l’armure d’or apparut une sorte de poupée mauve à tête de femme d’où partaient des milliers de fils, fins comme des lames de rasoir.
-Team Sunbird, à l’attaque ! S’écria Marcelo, quatre énormes oiseaux rouges et hideux nous encerclant totalement.
Je fis une grimace. Je n’avais pas le temps à perdre avec ces empêcheurs de tourner en rond, mais Shadow ne semblait nullement inquiet face à tant d’ennemis d’un seul coup et se contentait de regarder au loin, pensif.
-Constructution, ramène ce type à l’endroit qu’il n’aurait jamais dû quitter !
Les milliers de fils se précipitèrent vers le dragon comme un seul mais mon partenaire ne réagissait toujours pas. Mais, alors que l’attaque de la poupée allait nous atteindre, j’entendis une voix au loin.
-Atum, Perfect Light Beam !
Un rayon de lumière passa devant nos yeux et fit bruler instantanément tous les fils de la poupée qui se retira aussitôt. Je tournai la tête vers l’endroit d’où venait la voix et je ne pus m’empêcher de sourire en voyant Hélio, debout sur l’épaule d’un grand dragon d’or à l’armure argentée volant vers nous.
-Ce n’est pas trop tôt, j’ai failli attendre ; déclara soudain Shadow en revenant au combat.
-Quoi ?
-Darkness Shadow, Void Beam !
Le dragon noir rugit et, avant que je ne comprenne comment, tous les monstres autour de nous explosèrent puis Hélio nous rejoignit.
-Shadow, maintenant !
-Je sais, pas besoin de me le rappeler ; grogna ce dernier.
Je n’eus pas le temps de protester ou de dire quoique ce soit que le criminel claqua dans ses doigt et tout autour de nous se brouilla. Je vis Miyako, Hiroki et les UWS disparaitre et se fondre progressivement dans un décor devenant de plus en plus blanc. Ma tête me fit mal, je ne sentais plus mes membres et je décidai de fermer les yeux, le temps que tout cela cesse.
Toutes ces sensations étranges s’arrêtèrent brutalement quelques secondes plus tard et lorsque je rouvris les yeux, je lâchai un cri de surprise. Nous n’étions plus au-dessus du petit lot de terre entourant la maison de Shadow, non, tout autour de nous, il n’y avait que de l’eau à perte de vue. Nous survolions un océan, mais impossible de savoir lequel. A côté de moi, Shadow continuait à regarder pensivement dans le vague tandis qu’Hélio et son dragon volaient à côté de nous…Une minute, Hélio ?
-Je sais ce que tu vas me dire Iori ; dit-il avant que j’aie pu prendre la parole. Mais j’ai pris ma décision, je t’accompagnerai jusqu’au bout. Et qu’importe ce que tu pourras me dire, je ne t’abandonnerai pas.
-Mais Hélio…Comment…
-Shadow m’a contacté après ton départ, et je lui ai demandé de m’attendre.
-Ne crois pas que j’aie fait ça de bon cœur. Mais comme tu es le fils d’Angéla et Drago, tu dois avoir plus d’un tour dans ton sac, ce dragon en est la preuve ; lui répondit Shadow sans le regarder.
-Peu importe les raisons, je suis là. Dans combien de temps arrivons nous ?
-Dans moins de deux minutes je dirai, regardez.
Shadow montra au loin des formes étranges mais qui s’éclaircirent rapidement pour laisser place à de haut building comme à Manhattan, sauf que je savais exactement où nous nous trouvions grâce à une tour bien plus grande que les autres en forme de pointe immense s’élevant dans le ciel.
-Néo Domino City…mais c’est à plus de cinq heures de vol de Paris ! M’exclamai-je, interdite.
-Ne sous-estime pas le pouvoir de Gariatron jeune fille. Mais trêve de bavardage, il nous faut adopter une stratégie : la jouer discrète ou foncer dans le tas, à vous de choisir.
-Je préférerai une approche discrète, cela nous donnera plus de temps si nous n’arrivons pas à faire démarrer la machine ; répondis-je après quelques secondes de réflexion.
-Je suis d’accord avec Iori. Si nous arrivons avec l’artillerie lourde, nous nous confronterons à une résistance ; confirma Hélio.
-Très bien, dans ce cas…
Shadow claqua des doigts et le dragon sur lequel nous nous trouvions disparut immédiatement et nous nous retrouvâmes tous les trois sur celui d’Hélio, bien plus petit et moins visible puis nous nous écartâmes légèrement de Néo Domino City pour nous diriger vers la périphérie portant le nom de satellite.
Le dragon d’Hélio se posa dans ce qui semblait être une décharge. Autour de nous, il n’y avait que des bâtiments en ruines et des rues délabrées parsemées de fissures et de brins d’herbe dépassant des pavés. Au moins, personne ne pouvait nous avoir vu dans un tel endroit.
-Nous sommes dans la partie oubliée de satellite. Si nous voulons rejoindre la ville, il va nous falloir traverser le pont dédale puis le laboratoire se trouvera au pied de la tour principale. Je pense que dans trente minutes, nous y serons ; déclara Shadow.
Lorsqu’il me dit cela, je me mis à trembler, ce qu’Hélio remarqua immédiatement.
-Tout va bien Iori ?
-Oui, je suis juste un peu anxieuse pour la suite ; avouai-je.
-Tout ira bien, j’ai foi en toi Iori, tu vas réussir ce que tu as entrepris ; me répondit-il avec un sourire.
Je rougis et je détournai le regard. Pourquoi avait-il fallu qu’il vienne ? J’aurais vraiment préféré qu’il restât à Paris, au moins je n’aurais pas eu à m’inquiéter pour lui…
-Iori, une fois au laboratoire, que comptes-tu faire ? Me demanda alors Shadow. La machine n’est qu’un prototype, il est certain qu’elle sera très bien gardée.
-Nous aviserons en temps voulu en fonction de ce que nous rencontrerons. Le plus important est d’arriver là-bas en premier lieu.
-Tu es aussi impulsive que ta mère ; me dit-il en souriant.
-Fermez-là un peu, nous perdons du temps ; rétorquai-je froidement.
Sans un mot de plus, je pris la tête du groupe et ils n’eurent d’autre choix que de me suivre. Cependant, je ne savais pas vraiment où j’allais, je marchai au hasard en espérant tomber sortir de cette décharge, ce que je réussis à faire néanmoins assez rapidement pour me retrouver dans une grande rue de Satellite.
Là, tout était différent, plus moderne, plus entretenu, et surtout plus vivant en ce soir du vingt-cinq décembre. Les vitrines des magasins illuminaient la rue avec leurs décorations, tandis que des dizaines d’enfants se pressaient pour les admirer sous les regards attentifs de leurs parents.
Je me souvenais que peu de temps avant, nous faisions la même chose avec mon père et ma mère.
Je détournai le regard et je fis face à la mer au bout de l’avenue. Sur cette grande étendue bleue se dressait un pont en bois non achevé devant lequel s’amassaient de nombreuses personnes.
-Le pont dédale est un symbole pour cette ville, il représente la liberté tant attendue par tous les citoyens de Satellite ; déclara Shadow.
-Qu’est-ce que ça peut me faire à moi ? Je ne suis pas là pour faire du tourisme mais pour sauver mon père.
-Tu devrais t’intéresser un peu à ce que tu vois Iori, peut-être n’auras-tu plus jamais l’occasion de le faire dans le futur.
-Il n’y a plus de futur pour moi de toute façon, alors à quoi bon…
-Iori…Murmura Hélio, un voile de tristesse dans les yeux.
Nous marchâmes en silence jusqu’au pont dédale et un autre pont m’apparut, bien plus grand, reliant satellite et la ville principale. Il y avait un chemin sur le côté permettant aux piétons de passer. Plus je me rapprochais de la ville, plus mon cœur battait rapidement, mais il était trop tard pour se dégonfler, je devais aller jusqu’au bout.
Une fois de l’autre côté, Shadow prit la tête du groupe et nous conduisit à travers des petites rues désertes jusqu’à la tour principale, siège du laboratoire Fudo, du nom de son créateur. Evidemment, l’entrée était bien gardée et un criminel notoire comme Shadow n’avait aucune chance de passer…
-Alors, que fait-on ? Chuchota Hélio.
-J’ai une idée, toi et moi on entre à l’intérieur pendant que Shadow nous attend dehors puis on le fait rentrer à son tour.
-Puisque j’imagine que vous n’avez pas de meilleur plan, pourquoi pas ; répondit le criminel. La zone d’étude se trouve dans l’aile est du bâtiment. Je vous attendrai donc à l’arrière du laboratoire.
Le vieil homme s’en alla et nous laissa seuls tous les deux. Hélio ne semblait pas vraiment rassuré mais je ne devais pas être bien mieux.
Prudemment, nous prîmes la direction de l’entrée principale, comme deux visiteurs. Sans grande surprise, les garde nous laissèrent passer sans faire d’histoire et nous nous retrouvâmes à l’intérieur. Je fus impressionnée par ce hall d’entrée. Il s’agissait d’une grande pièce circulaire d’au moins vingt mètre de diamètre de laquelle partaient de nombreux couloirs. Au milieu, deux services de réceptions étaient chargés d’accueillir les visiteurs et organiser les visites guidées car ce laboratoire était également, à la demande de son créateur, un sanctuaire où n’importe qui pouvait assister à l’avancement des projets.
C’est là-bas que nous nous dirigeâmes afin de pénétrer à l’intérieur du laboratoire.
-Bonjour, serait-il possible de voir l’avancement de la machine à voyager dans le temps ? Demandai-je à la réceptionniste.
-Nous sommes désolés, mais ce projet n’est pas accessible au public pour le moment. Attendez qu’elle soit totalement terminée et revenez ensuite.
Je grimaçai. Je n’avais pas du tout envie de faire un scandale. Heureusement, Hélio intervint et me sauva la mise.
-Nous sommes des amis de la maire Serena. Vous pouvez l’appeler, elle vous donnera son accord je pense.
La réceptionniste fronça les sourcils mais s’exécuta tout de même. Après quelques secondes, elle raccrocha et déclara :
-Madame la maire se trouve justement ici, elle sera là dans quelques instants.
Je lançai un regard de détresse à mon ami. Il n’était prévu nulle part que Serena serait présente au même moment que nous. Comment allait-on lui expliquer notre présence ici, à néo Domino city ? Il ne faisait aucun doute qu’aucune explication ne lui conviendrait en sachant qu’elle-même venait certainement d’arriver en ville en étant partie bien plus tôt que nous…
Je n’eus pas le temps de réfléchir d’avantage car l’amie de nos parents arriva, l’air contrariée mais se détendit en nous voyant.
-Iori, Hélio, j’ai vraiment cru à une mauvaise blague lorsqu’on m’a appelée, mais vous êtes vraiment ici, à néo Domino City ; déclara-t-elle avec un large sourire.
-Bonjour Serena, ça fait un bail depuis hier soir, n’est-ce pas ? Répondit Hélio sur le même ton enjoué.
-Oui, vingt-heures, c’est long ! Lança-t-elle en riant. Mais qu’est-ce qui vous amène ici ? Surtout que vous avez dû arriver à l’instant en comptant le décalage horaire.
-Oui, mais nous avions très envie de visiter ce fameux laboratoire qui fait la gloire de Néo Domino City alors nous avons fait un détour. Surtout que nous avons entendu parler de cette extraordinaire invention qu’est la machine à voyager dans le temps.
-Oh, vous savez, elle n’est pas au point, mais si vous voulez, je peux vous montrer le prototype.
-Vraiment ? Rien ne nous ferait plus plaisir !
J’étais soufflée. Jamais je n’aurais cru qu’Hélio puisse avoir un tel talent d’improvisation. A sa place, je n’aurais certainement pas pu aligner deux mots sans bégayer ou perdre mon calme alors que lui disait tout cela avec un tel naturel que j’aurais pu y croire moi-même.
Serena nous donna à chacun un badge grâce auquel nous pûmes rentrer dans la zone de construction de la machine et mon pouls s’accéléra encore d’avantage lorsque je franchis la porte. Moins de cents mètres devant moi se trouvait la machine qui allait me permettre de sauver mon père et Laura…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4572
Points : 4791
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 19
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 9 Avr - 20:53

Serena nous conduisit à travers les nombreux couloirs du laboratoire. Il y en avait tellement que j’avais peur de ne pas réussir à trouver celui menant à l’arrière du bâtiment où nous attendit Shadow. Heureusement, Hélio faisait la conversation avec Serena, ce qui me permettait de me concentrer sur le chemin à prendre et je finis par repérer une indication du local poubelles. La sortie devait se trouver non loin de là et je retins sa position.
Finalement, après deux minutes de marche, nous arrivâmes dans une petite pièce sombre où se trouvaient deux personnes portant des blouses et se chamaillant, un grand homme au visage fin et à la carrure pas spécialement imposante, et une femme aux cheveux presque aussi rouges que ceux de Miyako, des dizaines de feuilles à la main. Lorsqu’ils nous virent, ils cessèrent de se disputer et nous regardèrent, intrigués.
-Bonjour Professeur Okabe, Professeur Makise ; déclara Serena avec un sourire.
-Madame le maire, quelle surprise de vous voir ici, je pensais que vous alliez passer Noel à l’étranger ; déclara la dénommée Makise, surprise.
-Que veux-tu Cristina, c’est le choix de Steins Gate que Serena revienne aujourd’hui pour voir l’avancement final du Gadget du futur 10 : The Time Machine ! S’exclama l’autre avec un rire digne des méchants de mauvais dessins animés…
-Vous…l’avez terminée ? Reprit Serena.
-Oui, nous venons de faire les premiers tests, tout a l’air de fonctionner. Il n’y a qu’un seul problème…la machine fait sauter les plombs…Lui répondit la jeune femme.
-Pourtant nous avons le laboratoire le plus perfectionné au monde après celui du CERN…
-Mais Serena, qui sont ces jeunes avec toi ? Des agents de l’organisation ? Reprit l’homme en blouse.
-Je vous présente Iori et Drago, ce sont des amis de passage et ils étaient impatients de voir cette fameuse invention.
-Professeur Makise ; intervins-je, votre machine permet-elle réellement de voyager dans le temps ?
-Théoriquement oui, mais...
-Dans ce cas, pourrions-nous la tester ?
Les deux professeurs et Serena écarquillèrent les yeux de surprise puis se regardèrent comme pour se concerter tacitement et l’homme du nom d’Okabe me répondit :
-Le temps n’est pas un jouet, celui qui maitrise le temps maitrise le monde, nous ne pouvons pas nous permettre de laisser n’importe qui utiliser cette machine, d’autant plus que nous n’avons pas assez d’énergie pour la maintenir en marche plus d’une seconde.
-Et si je vous disais que j’ai de quoi alimenter votre machine ?
Ma phrase eut l’air de piquer au vif la curiosité des deux scientifiques car ceux-ci froncèrent les sourcils. Voyant que j’avais de quoi marchander, je leur demandai d’attendre quelques secondes puis je courus jusqu’à la sortie que j’avais repérée précédemment et sans grande surprise, j’y trouvai Shadow, assis sur un banc, attendant tranquillement. Mais, était-ce une bonne idée de le ramener maintenant ? Ne devais-je pas attendre qu’ils soient partis avant de mettre mon plan à exécution ?
Il était trop tard pour faire marche arrière de toute façon et, accompagnée du criminel, je revins dans la salle de commande. Evidemment, dès qu’ils le virent, Serena et les deux professeurs firent un pas en arrière, terrifiés.
-Io…Iori, qu’est-ce que cela signifie ? Bégaya Serena, livide. Qu’est-ce que Shadow fait ici ?
-Vous vouliez une source d’énergie non ? Shadow fera très bien l’affaire je pense ; répondis-je en haussant les épaules.
-Etre réduit à une source d’énergie, très sympathique ; grommela le criminel.
Je l’ignorai.
-Alors Serena, voici ce que je propose, vous nous laissez tranquille et en échange, nous testons votre machine pour vous. Cela me parait un bon deal ?
Visiblement, Serena ne savait plus quoi penser et je la comprenais. Mais je n’avais plus le temps de faire semblant comme mon père. Si je voulais parvenir à mes fins, il ne me restait plus qu’à miser tapis sur ce coup-là. Cependant, Hélio intervint à son tour :
-Serena, Professeur Makise, Professeur Okabe, nous savons quels crimes ont été commis par Shadow dans le passé, cependant, il pourrait être votre seule chance de devancer le CERN. De plus, Iori a quelque chose d’important à accomplir.
-Quelque chose…d’important ? Répéta Serena, toujours aussi confuse.
Le professeur Makise prit la parole à son tour, tremblante.
-Je…je ne sais pas si je peux parler au nom de tout le monde…mais…j’imagine que si nous refusons, vous allez essayer par la force, je me trompe ?
-Quelle perspicacité Professeur ; répondit Shadow en sortant déjà une carte de sa poche que je reconnus être la fusion néant lui permettant d’invoquer son terrible dragon noir.
-Dans ce cas, je pense qu’il nous est inutile de résister. Nous acceptons, mais nous voulons participer à ce premier test.
-Comment Cristina ? Mon assistante prend les décisions à ma place maintenant ? Moi Houhouin…
-Marché conclus Iori. Si vous nous promettez de ne causer aucun dégât à la ville, nous accéderons à votre requête ; le coupa Serena.
Nous nous mîmes d’accord sur ce point-là, même si de toute façon, je n’avais aucune intention de m’attaquer à Néo domino city en cas d’échec. Le professeur Makise ouvrit une porte solidement verrouillée au fond de la salle et nous invita à la suivre.
Nous arrivâmes dans une autre pièce, entièrement vitrée et de l’autre côté se tenait une énorme machine ronde et noire, d’où partaient des centaines de fils. Une porte permettait visiblement d’entrer à l’intérieur tandis qu’un câble plus gros que les autres reliait le haut de la machine à une sorte de terminal de commandes derrière la vitre.
-Voici la machine à voyager dans le temps, le premier prototype jamais créé dans l’histoire ; déclara le professeur Makise.
J’étais tout bonnement soufflée. Jamais je n’aurais cru voir un tel engin de mes yeux autre part que dans les films de science-fiction, et même en le voyant, j’avais du mal à le croire. Hélio semblait tout aussi impressionné que moi. Shadow, quant à lui, se contentait d’observer la pièce avec son regard éternellement vide.
-La machine va avoir besoin de quelques minutes pour chauffer, le temps que nous la programmions ; déclara le professeur Okabe. D’ailleurs, à quelle date souhaiterais-tu te rendre ?
-Il y a vingt-six ans, en décembre 2014, juste avant l’attaque des démons.
Serena écarquilla les yeux de surprise.
-Iori…ce que tu veux faire c’est…
-De la folie ? Oui, je sais, mais je n’ai plus le choix. J’ai déjà trahi Miyako en m’alliant à Shadow, j’ai abandonné les vœux de ma tante, j’ai entrainé Hélio avec moi dans cette quête insensée, je n’ai plus rien à perdre désormais.
-Iori…es-tu sûre de toi ? L’époque à laquelle tu vas atterrir est une époque trouble, entre deux guerres. De plus, tu vas revoir ta mère et ton père lorsqu’ils étaient jeunes, vas-tu le supporter ?
-Certainement pas.
-Dans ce cas-là, pourquoi fais-tu cela ? Est-ce vraiment pour ton père ou pour ton propre désir ?
-Je ne sais même plus Serena ; répondis-je tristement. Tout ce que je sais, c’est qu’il ne me reste que ceci comme solution.
-Dans ce cas, avant que tu ne partes, je pense qu’il serait bon que tu prennes ça avec toi.
Serena sortit de sa poche un petit bout de papier froissé. Cependant, je me contentai de le ranger, comme si cela n’avait aucune importance. Cela n’eut même pas l’air de la choquer et elle me sourit même.
-Tu sais Iori, si tu suis ce que ton cœur te dit de faire, alors fais-le. Il n’y a rien de pire que d’emporter des regrets avec soi ; me dit-elle tendrement.
Au même moment, un bruit de moteur se fit entendre et nous nous retournâmes et je vis la machine illuminée de lumières rouges et bleues tandis que plusieurs voyant sur le panneau de commandes s’étaient allumés.
-Tout me semble marcher, cependant, c’est maintenant que les choses se corsent ; déclara Makise en fronçant les sourcils. Si j’enclenche le système, tout va sauter une fois de plus. J’imagine que c’est ici que vous entrez en jeu Shadow ?
Le criminel se contenta de fermer les yeux et sortit la carte fusion néant de sa poche puis s’avança vers la vitre qui nous séparait de la machine à voyager dans le temps.
-L’heure est venue Iori, tu vas enfin pouvoir réparer une injustice ; déclara-t-il sans me regarder.
-Ne croyez pas que je fais ça pour vous Shadow, je fais ça pour mon père. Même si nos objectifs sont communs, je ne partage en aucun cas vos idéaux. Mon but n’est pas de satisfaire mon propre bonheur mais celui des autres. En sauvant Laura, je me condamnerai, mais j’épargnerai les larmes de mon père.
Le criminel ne répondit rien tandis que je m’approchais de la porte me permettant de passer de l’autre côté. Mais, au moment où j’allais la franchir, Hélio me retint par le bras et nos regards se croisèrent.
-Iori…
-Hélio…
-Je te le redemande une dernière fois, mais, es-tu certaine de vouloir le faire et tirer un trait sur nos souvenirs ? Me demanda-t-il tristement.
-Très sincèrement…non, je ne veux pas.
Ses yeux l’illuminèrent un instant avant que je ne termine ma phrase.
-Cependant, cela ne relève plus de ma volonté. J’ai fait ce choix il y a plusieurs années déjà, il est trop tard pour faire marche arrière.
-Dans ce cas, je veux que tu me fasses une promesse à moi aussi Iori ! Promets-moi de réussir…promets-moi que j’oublierai tout, je ne veux pas vivre en sachant que tu as échoué et gâché ta vie ! Je ne veux pas vivre en sachant que j’aurais dû t’empêcher de partir et te garder auprès de moi !
-Hélio…
Quelques larmes commencèrent à couler sur les joues de mon ami et le voir ainsi finit par m’arracher quelques larmes à moi aussi, larmes que j’essuyai aussitôt.
-Je suis désolée, mais c’est une promesse que je ne peux pas faire. Le futur n’est peut-être pas gravé dans le marbre, mais gelé dans la glace pour le moment. Il n’y a aucune garantie à ce que je réussisse.
Un voile de tristesse passa dans les yeux du jeune homme, un voile où se lisait toute le désespoir et l’impuissance du monde et je compris alors à quel point je comptai pour lui.
-Cependant, je peux te promettre ceci : nous nous reverrons et ce, quelle que soit l’issue de ma quête.
N’ayant pas eu l’air de l’avoir convaincu, je pris son petit doigt avec le mien comme le faisaient les enfants et je lui répétai cette phrase avec le plus grand sourire que ma propre tristesse me permettait de faire et son visage finit par s’éclairer légèrement.
-Reviens vite Iori, j’attendrai ton retour avec impatience.
Après cela, il me lâcha le bras, et, après lui avoir lancé un dernier regard, je me dirigeai vers la machine terrifiante. De l’autre côté de la vite, je voyais les regards inquiets de tout le monde, autant pour moi que pour le bon déroulement de l’expérience.
J’ouvris la petite porte et je me retrouvai à l’intérieur. Il n’y avait presque rien, simplement quelques fils qui pendaient, des centaines de voyant lumineux et une lampe permettant d’éclairer tout cela.
J’entendis alors la voix de Makise dans un micro :
-Iori, afin de procéder au transfert, tu dois poser les électrodes que tu vois sur ton corps. Cela permettra de connaitre exactement la forme de ce que nous voulons envoyer dans le passé pour pouvoir le reconstituer par la suite.
-Le…reconstituer ?
Je n’étais vraiment pas rassurée à l’idée d’être dématérialisée, mais j’obéis sans faire d’histoire. Une fois chose faite, je prévins Makise.
-Bien, j’enclenche le processus. Shadow, c’est à vous de jouer.
-Fusion Néant Activée ! S’écria le père de Laura.
Au même moment, les voyants changèrent de couleur et virèrent tous au vert et j’entendis le professeur Makise lancer une exclamation de joie.
-Pression ok, puissance de la machine : Stable, Niveau d’oxygène : normal. Tout semble marcher. Iori, la machine est créée de sorte à te faire passer à travers un trou de vers reliant le passé et le présent. Cependant, nous ne savons pas encore dans quel univers tu vas atterrir, nous ne pouvons que programmer la date.
-Allez-y, je vous fais confiance !
-Dans ce cas : Mission Odin Start !
Le bruit d’un moteur se mettant en marche se fit entendre puis je sentis la machine trembler. Le professeur Okabe continuait à parler dans le micro confirmant que tout était normal tandis que je sentais mes membres s’alourdir de plus en plus.
Soudain, devant mes yeux, une sorte de trou s’ouvrit, un trou d’où aucune lumière ne parvenait, un trou noir et je sentais que j’étais entièrement attirée à l’intérieur. Je me mis tout à coup à avoir vraiment peur en sentant mes membres disparaitre peu à peu lorsque tout à coup, une explosion secoua la machine et une alarme se déclencha.
-Qu’est-ce…
Je n’eus pas le temps de terminer ma phrase qu’une autre explosion ébranla la machine et je vis le trou noir commencer à se refermer.
-Que se passe-t-il ? M’exclamai-je, affolée.
-Iori…le trou de ver… fuis ! M’ordonna Shadow dans le micro avant de pousser un cri de douleur.
-Shadow, qu’y a-t-il ? Répondez !
-Arma…geddon…
Une troisième explosion se fit entendre. Je ne pouvais pas rester là à ne rien faire, je devais rester avec eux pour les aider !
-Iori, fonce, change le passé et redonne le sourire à ton père ! Si tu y arrives, tout cela ne sera qu’un rêve pour toi ! S’écria Hélio dans le micro.
-Mais…
-Cours !
Sans réfléchir d’avantage et écoutant uniquement le souhait d’Hélio, je sautai les deux pieds en avant dans le trou noir qui se referma juste après mon passage et je me retrouvai…dans le vide…Il n’y avait plus rien autour de moi et je sentais que j’avançai à toute vitesse, aussi rapidement que la lumière, peut-être même plus vite lorsque soudain, deux yeux rouges et luisants apparurent dans le néant et une voix résonna dans le vide :
-Yuiko Iori, je me nomme Armageddon, je suis le protecteur du destin de ce monde. Ceux qui essaient de modifier l’histoire doivent être supprimés de l’histoire.
Une main géante et griffue apparut à côté de la paire d’yeux sanglant et se dirigea lentement vers moi. Je ne pouvais pas bouger, je ne savais même pas si je possédais encore un corps matériel mais, alors que cette créature allait me broyer, une vive lumière émana des ténèbres et je vis comme une sorte de dragon doré se mettre en travers de sa route pour me protéger.
-Qui…
-Iori, le destin n’est qu’une illusion, seule la lumière de ton cœur saura guider tes pas.
Je n’eus même pas le temps de comprendre ce que la créature disait qu’elle fut broyée à ma place et s’ensuivit une violente explosion puis tout redevint noir et je sentis mon esprit se disloquer dans les ténèbres du néant…


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1822
Points : 1841
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans un asile ...

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 9 Avr - 23:21

Ah , ça promet une belle suite avec cette description à la fin de l'extrait ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mentali71

avatar

Messages : 3246
Points : 3641
Réputation : 5
Date d'inscription : 11/02/2014
Age : 26
Localisation : tu vois chalon sur saone ? gg tu m'as trouvé

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Dim 10 Avr - 9:29

oh j'en ai les larmes aux yeux



 "Tsudoishi negai ga aratani kagayaku hoshi to naru! Hikari sasu michi tonare! Shinkuro Shoukan! Hishouseyo, Sutādasuto Doragon!"
"Ouja no Kodou, Ima Koko ni Retsu wo Nasu. Tenchi Meidou no Chikara wo Mirugaī! Shinkuro Shoukan! Waga Tamashī, Reddo Dēmonzu Doragon!

"Kuroki Senpū yo! Himetaru Omoi wo sono Tsubasa ni Genshutsu seyo! Shinkuro Shoukan! Maiagare, Burakkufezā Doragon!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4572
Points : 4791
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 19
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Dim 10 Avr - 14:12

ah, content que cette fin de chapitre ait plu *_*
mais maintenant que notre iori est dans le présent, c'est le plus intéressant qui commence, c'est à dire revoir l'histoire principale à travers les yeux de iori, ce que je préfère écrire en général^^


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1822
Points : 1841
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans un asile ...

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Dim 10 Avr - 17:38

C'est vrai que moi, le changement de temporalité dans la diégèse (oui, encore un beau terme technique), je peux être vite paumé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4572
Points : 4791
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 19
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Mer 20 Avr - 10:05

5eme partie de l'arc iori: elle est maintenant dans notre présent!

Iori : Changer le destin


Un vent frais soufflait sur ma peau tandis que je sentais la douce chaleur du soleil réchauffer mon corps endolori et une bonne odeur d’herbe fraiche parvenait jusqu’à mes narines. Au loin, le chant des oiseaux résonnait, seul bruit que je pouvais entendre avec celui des cigales.
Lentement, j’ouvris les yeux et la lumière m’aveugla. Je tentai de mettre ma main devant mes yeux pour me faire un peu d’ombre mais immédiatement, une vive douleur me saisit à l’épaule et je grimaçai. La même chose arriva lorsque je voulus me mettre debout, je m’écroulai immédiatement, n’ayant plus assez de force pour me tenir sur mes deux jambes.
C’était inutile, je ne pouvais pas bouger dans cet état. Je repérai donc un petit arbre non loin de moi vers lequel je me trainai tant bien que mal et je réussis tout de même à m’adosser à son tronc.
Je remarquai alors que tous mes vêtements étaient déchirés de toute part. Que m’était-il arrivé ? Comment étais-je arrivée là ?
Je fus tout à coup saisie d’une angoisse incontrôlable. Je n’avais…plus aucun souvenir. Je ne savais plus qui j’étais ni ce que je faisais dans un endroit pareil !
Non, je devais me calmer, il était inutile de s’affoler, surtout dans mon état, je devais y réfléchir calmement, peut-être n’était-ce que passager…
Je regardai autour de moi, cherchant quelque chose qui aurait pu m’appartenir mais il n’y avait rien d’intéressant à part une écharpe. Je fouillai alors dans mes poches et à ma grande surprise, je trouvais quelque chose : un deck, une carte magnétique et un téléphone, dont j’avais oublié le code évidemment. Mais il y avait également autre chose : un petit bout de papier. Intriguée, je le dépliai et je lus la seule et unique phrase marquée dessus : « Iori ne lira pas ce papier lorsque tu le lui donneras ».
Plutôt énigmatique comme phrase. Cette Iori…était-ce moi ? Certainement, sinon pourquoi aurais-je eu ce truc entre les mains ?
Bon, j’avais mon nom déjà, c’était un bon début. Je continuai à chercher dans mes poches mais il n’y avait rien d’autre, pas de carte d’identité ou d’un quelconque objet qui aurait pu m’en dire plus sur moi-même. Faute de mieux, je regardai le tas de cartes que j’avais entre les mains. Les images me disaient vaguement quelque chose mais je ne savais absolument pas pourquoi je les avais, ni même si elles étaient à moi.
Une carte en particulier attira néanmoins mon attention, une carte nommée fusion parfaite. En la regardant, un sentiment de tristesse remontait en moi mais je ne pouvais pas expliquer pourquoi. Je me sentais simplement étrange, comme si cette carte était liée à de mauvais souvenirs…
Ne pouvant faire un pas, je restai plusieurs heures durant au pied de cet arbre, sans rien faire à part observer le ciel et essayer de me remémorer mon passé, mais rien n’y faisait, j’avais vraiment tout oublié…
Quel jour étions-nous ? De quel mois et de quelle année ? Etrangement, je pouvais dire approximativement que je devais me trouver dans les années 2010, mais sans plus, même si le soleil froid de midi me disait que ça devait être le début ou le milieu de l’hiver, peut-être octobre ou décembre…
Plus tard dans la journée, le ciel se couvrit et une averse se déclencha. Ne pouvant toujours pas faire le moindre geste, je fus trempée jusqu’aux os et je ne pouvais même pas me déplacer pour faire sécher mes vêtements. J’étais condamnée à attraper un bon rhume apparemment…
Le soir tomba et j’étais totalement frigorifiée. Je n’en pouvais plus de rester là, il fallait que je bouge sinon j’allais mourir gelée.
Avec un effort surhumain, je réussis à me remettre sur mes jambes en m’appuyant sur le tronc de l’arbre. Certes, je tremblai et je menaçai à tout moment de m’effondrer mais j’étais debout. Si je pouvais rejoindre une ville, peut-être que quelqu’un sera apte à me renseigner ou que quelqu’un me reconnaitrait même…
Pas à pas, j’avançai dans cette forêt qui me paraissait interminable, même si en réalité je ne devais avoir fait que deux cents ou trois cents mètres. Mes jambes me faisaient souffrir le martyr, c’était à peine si je ne succombais pas à la douleur à chacun de mes pas. Mes vêtements trempés n’arrangeaient rien et m’alourdissaient encore plus, rendant ma progression d’autant plus pénible avec ce froid mordant au contact direct de ma peau.
Finalement, après un temps qui me parut être une éternité, j’aperçus ce qui me semblait être la sortie de cet interminable bois et je m’y précipitai aussi vite que mes jambes me le permettaient. Devant moi, un vaste jardin s’étendait sur plusieurs hectares et au loin, un château se dressait fièrement entre les arbres. C’était ma chance, non seulement pour me reposer un peu mais aussi pour avoir de l’aide.
Galvanisée par cette idée, je me mis presque à courir oubliant ma propre faiblesse. Cette idée me fut fatale et mes jambes cessèrent de me porter, me faisant trébucher et je m’étalai par terre dans la boue.
Génial, j’étais non seulement trempée, transie et en plus allongée par terre, sans mémoire et sans passé. Pourquoi ? Etais-je condamnée à errer sans but jusqu’à la fin de mes jours ? Qu’avais-je donc fait pour me retrouver dans une telle situation. Ou étaient mes parents ? Mes proches ? Mes amis ? S’inquiétaient-ils pour moi ? Savaient-ils au moins que j’avais disparu ? Comptais-je ne serait-ce pour une seule personne ?
Je me remis debout ignorant la douleur et je me remis à marcher vers le château. Mais pourquoi ? Les propriétaires écouteraient-ils une fille ressemblant à une vulgaire mendiante, racontant des absurdités plus grosses que leur propriété ?
Je voulais rentrer chez moi, je voulais retrouver mes proches, je voulais que ma mémoire revienne, je n’en pouvais plus, si je devais mourir, alors que ma mort arrive rapidement et sans souffrance…
J’entendis des pas sur ma gauche. Sans grand espoir, je tournai la tête dans la direction d’où venait le bruit et je vis un homme venant vers moi. Il était grand, blond avec une coiffure assez étrange en pics, devait avoir une trentaine d’années et quelque chose dans ses yeux m’était familier. Son visage était assez long, se terminant cependant par un menton assez carré. Il portait une simple veste noire et un pantalon assorti tandis qu’à son bras, un disque de duel doré scintillait sous les derniers rayons du soleil d’hiver.
Lorsqu’il arriva, il me sourit et me demanda :
-Hello mademoiselle ! Dites-moi, vous ne me semblez pas très en forme, y-a-t-il quelque chose que je puisse faire pour vous aider ? Dit-il avec un large sourire.
Je ne réagis pas à sa demande et je continuai à le fixer d’un regard vide, à tel point qu’il finit par se retourner, se demandant ce que je regardai ainsi. N’en pouvant plus, à bout de force, je laissai la fatigue prendre le dessus sur moi et je m’écroulai.
L’homme, vif comme l’éclair, me rattrapa avant que je ne heurte le sol une seconde fois.
-Oula, vous êtes brulante ; s’exclama l’homme d’une voix inquiète.
Je lui répondis pas une simple quinte de toux, n’ayant plus la force de parler davantage. Je sentis alors l’homme me soulever pour me prendre dans ses bras. Je n’avais aucune idée de qui était ce type, j’espérais simplement ne pas être tombée sur le pervers du coin…
Vidée de toutes mes forces, le sommeil finit par gagner et je m’endormis immédiatement dans les bras de l’homme, m’en remettant totalement à cet inconnu.
Lorsque je me réveillai, il faisait nuit. Les étoiles brillaient aux côté d’une lune pleine dans un ciel sans nuage. Au-dessus de ma tête, quelques ombres de branches se balançaient lentement au gré du vent frais qui soufflait sur ma peau. A côté de moi, une puissante source de chaleur réchauffait mon corps épuisé par ma cavalcade mais étrangement, je ne ressentais plus la douleur. Je tentai alors de lever mon bras, mais tout était normal.
Je tournai la tête sur le côté et je vis l’homme assis dans l’herbe au coin d’un grand feu. Il lisait un livre tranquillement et le reflet des flammes passait dans ses yeux, le rendant d’autant plus mystérieux. Puis, lorsqu’il vit que j’étais réveillée, il s’arrêta de lire et me sourit chaleureusement.
-Bien le bonsoir mademoiselle, bien dormi ? Me demanda-t-il avec douceur.
-Je…que m’avez-vous fait ? Lui répondis-je, toujours choquée de ne plus rien ressentir.
-Pas grand-chose à vrai dire, tu n’étais pas si mal en point que ça, j’ai simplement soigné les quelques égratignures que tu avais et le repos a fait le reste. Mais je ne me suis pas encore présenté, je m’appelle Hélios, je suis le roi d’Héliopolis, ou plutôt ex-roi depuis l’année dernière, j’ai été détrôné.
Ce type était réellement roi ? A en juger par son apparence, et en omettant sa coiffure étrange, il ressemblait vraiment à monsieur tout le monde dans son costume classique. Cependant, quelque chose me dérangeait chez lui : son nom…J’avais l’impression de l’avoir déjà entendu, mais où ? Il m’était impossible de m’en rappeler, mais peut-être que lui savait !
-Excusez-moi, mais…est-ce qu’on se connait ? Lui demandai-je soudainement.
Le dénommé Hélios se gratta le menton et leva la tête au ciel en fronçant les sourcils avant de répondre :
-Peut-être bien, ta tête me rappelle vaguement quelqu’un que je connais…mais je dois me tromper je pense. Plus important, quel est ton nom ? Et que faisais-tu ici ?
Son ton s’était légèrement durci, comme s’il était méfiant vis-à-vis de moi. Quoi de plus normal lorsqu’on trouve une fille ressemblant à une sans abri, à bout de force dans son jardin.
-Je m’appelle Iori…Mais c’est tout ce que je sais ; répondis-je en toute honnêteté. Je me suis réveillée ce matin dans votre jardin, mais je n’ai aucun souvenir plus ancien, je ne sais même pas ce que je faisais là…
-C’est n’est pas techniquement mon jardin, mais passons. Je voulais simplement m’assurer que tu n’étais pas une ennemie mais je me trompais apparemment, je m’excuse d’avoir été méfiant.
-Une ennemie ? Sommes-nous en guerre ? Demandai-je immédiatement.
L’homme hésita une seconde avant de déclarer :
-Je ne sais pas vraiment moi-même à vrai dire. On ne peut pas appeler ça une guerre, mais disons que des individus peu recommandables nous menacent régulièrement en ce moment. C’est pour cela que je ne t’ai pas amenée au château, Sherry ne m’aurais pas pardonné si j’avais encore ramené un ennemi ; soupira l’homme, visiblement fatigué.
Il y eut quelques secondes de silence pendant lesquelles seul le crépitement des flammes résonnait dans la nuit. Ce type ne semblait pas mal intentionné, c’était déjà un bon point pour moi. Mais ce sentiment de connaitre ce nom me dérangeait trop pour simplement partir je ne sais où à la recherche de je ne sais quoi.
-Dis-moi…Iori, tu n’as vraiment aucun souvenir de qui tu es vraiment ?
-Non, aucun à part mon nom.
-Je vois, j’ai dû me tromper dans ce cas ; continua-t-il en fronçant les sourcils sans me regarder. Quoiqu’il en soit, que dirais-tu de venir avec moi au château ? Je ne suis pas sûr qu’il reste beaucoup de place maintenant que Saya et son club son là mais on doit pouvoir se serrer un peu.
Lorsqu’il prononça le nom du dénommé Saya, mon cœur fit un bond dans ma poitrine et je me mis à trembler. Pourquoi ? J’avais l’impression de connaitre ce nom, qu’il m’était très proche, que je l’avais entendu des milliers de fois…et pourtant, aucun visage n’apparaissait dans ma tête. C’était tellement frustrant, être si proche mais en même temps si lointaine…
En même temps, un fort sentiment de malaise envers le château s’empara de moi, comme si cette personne, cette Saya, me repoussait, comme si je la connaissais et que je ne devais pas la voir, ou bien… que j’appréhendais vraiment de la voir. Oui, c’était ça, je craignais de rencontrer cette personne du nom de Saya pour une raison qui m’échappait.
-Je…je ne vais pas vous déranger si vous êtes déjà nombreux, je peux passer la nuit ici, je me débrouillerai comme je peux d’ici demain.
-Vraiment ? Ça ne me dérange vraiment pas de virer Darksky de sa chambre pour que tu t’y installes une nuit ; me répondit-il étonné.
-Oui, oui, vraiment, et puis, comme vous l’avez dit, je suis peut-être une ennemie qui sait puisque je n’ai plus aucun souvenir, donc je préfère ne causer d’ennui à personne et rester ici, le temps d’une nuit, j’aviserai ensuite.
Du moins, c’était ce que je prévoyais, mais les choses se passèrent différemment. L’homme me laissa donc mais en me promettant de revenir le lendemain avec un peu de nourriture et je passai donc la nuit dans la forêt avec un manteau troué comme couverture et mon écharpe comme oreiller.
Le lendemain, comme promis, Hélios revint avec un peu de pain et des tartines puis m’expliquer ce qu’il se passait en ce moment : un tournoi inter école de duel de monstre et que son rôle était de supporter l’équipe d’une dénommée Angéla. Encore un nom qui résonnait dans en moi sans aucun aboutissement et se perdant dans les ténèbres de mon esprit embrumé.
Je passai la journée avec des journaux apportés par Hélios racontant les événements récents dans l’espoir que quelque chose me revienne mais c’était inutile, tous les faits mentionnés m’étaient inconnus. Puis, dans la soirée, comme je refusais toujours de venir au château, Hélios m’apporta quelques couvertures et un oreiller et me raconta les exploits du club de duel. A l’entendre, ils étaient invincibles, et en grande partie grâce à lui…
Ce type était certes un peu bizarre sur les bords, mais il respirait une profonde gentillesse ainsi qu’une sincère envie de m’aider à trouver la mémoire, allant jusqu’à appeler la préfecture de police pour demander si une disparition avait été signalée, mais visiblement, personne ne s’inquiétait de mon sort, même si étrangement, cela ne me faisait ni chaud, ni froid, comme si j’y étais habituée…Mais les faits étaient que je m’étais profondément attachée à cet homme aidant une inconnue comme moi. Peut-être était-il réellement roi pour agir de la sorte…
Les choses commencèrent à changer le troisième jour. Hélios, comme les deux soirs précédents, vint me raconter les exploits, mais, alors que je lui demandais s’ils allaient gagner, il se retourna et déclara dans le vide :
-Oh, mais ça Iori, tu n’as qu’à demander à leurs rivaux qui sont justement venu nous rendre visite.
Une fille surgit alors des buissons et se plaça devant Hélios et mon sang se glaça dans mes veines lorsque je son visage.
-Assez de cachotteries Hélios, qui est cette fille ? Je l’ai déjà vue quelque part…S’exclama la fille.
Mon regard croisa le sien et mon cœur s’emballa. Des gouttes de sueur perlèrent de mes joues et je me mis à trembler de tous mes membres. Ces yeux, ce nez, cette bouche, cette coiffure, ce visage…je les reconnaissais…C’étaient ceux de…
Comme un ouragan levant le voile de mes souvenirs troublés, toute la mémoire me revint d’un seul coup : ma mère, mon père, Hélio, Présidente Hikari, Tante Nagisa, Serena, Tante Maire, Angéla, Drago, Shadow, le voyage dans le temps, Armageddon…Je me souvenais de tout ! Je fis un pas en arrière, affolée de voir ma mère, en vie, devant mes yeux ébahis. J’avais beau savoir qu’à cette époque, elle était encore vivante, mais je ne m’étais pas préparée à la rencontrer aussi tôt…
-Non, ce n’est…pas possible…Murmurai-je.
Une autre personne sortit des buissons et cette fois-ci, mon cœur s’arrêta pour de bon lorsque je reconnus mon père, au même âge que moi, en pleine forme, en totale opposition avec la personne qu’il était devenu à mon époque.
-Iori, je te présente…Commença Hélios.
-Papa…Maman…Chuchotai-je dans un dernier souffle, prête à fondre en larmes avant de perdre une nouvelle fois connaissance.


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4572
Points : 4791
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 19
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Ven 22 Avr - 14:47

Lorsque je revins à moi, je me trouvais sur quelque chose de moelleux et chaud, un canapé sûrement. Autour de moi, j’entendais des voix, celle d’Hélios évidemment, ainsi que celle de mon père, plus jeune, et celle de la présidente Hikari à mon grand étonnement. Cependant, je n’osais pas ouvrir les yeux, j’avais peur de faire face à mon père, plus jeune de vingt-six ans, en pleine santé…En même temps, j’étais soulagée de ne pas entendre la voix de ma mère dans la discussion, je n’aurais certainement pas supporté de la voir en sachant ce qui allait lui arriver dans le futur…
Je finis néanmoins par montrer que j’étais consciente, histoire de ne pas les affoler. La pièce dans laquelle je me trouvais était incroyablement luxueuse. Un feu dans une imposante cheminée brulait et réchauffait toute la pièce de ses flammes bleues tandis qu’au plafond, un superbe lustre en cristal illuminait ce qui semblait être le salon à en juger par la décoration : des chaises sculptées, une grande table sur laquelle étaient posées des fleurs multicolores et à côté de moi, de nombreux tableaux, et il y avait également un petit plateau sur lequel eau et nourriture se trouvaient.
Lorsqu’ils virent que j’étais réveillée, Hélios, la présidente Hikari et mon père cessèrent leur conversation et se focalisèrent sur moi :
-Comment te sens-tu Iori ? Me demanda doucement Hélios.
-Je crois…Je crois que j’ai retrouvé la mémoire…Répondis-je sans oser croiser son regard.
-Mais c’est formidable ! Alors, tu vas pouvoir rentrer chez toi maintenant ?
Je grimaçai intérieurement. Dans cette époque, je n’avais pas de chez moi, j’étais simplement une fille sans parent ni maison, une totale inconnue aux yeux de tous.
-Je n’ai…plus de chez moi ; déclarai-je en toute honnêteté.
Ma déclaration fut suivie d’un grand silence de malaise durant lequel j’en profitai pour enfin observer mon père. Il était presque tel que dans mes souvenirs d’enfance, simplement un peu plus petit et de carrure moins imposante. Il remarqua rapidement mon attitude étrange et me demanda :
-Dis-moi, on se connait non ?
-ça m’étonnerait, je ne suis pas d’ici.
-Je vois…mais pourquoi nous as-tu appelés papa et maman tout à l’heure, est-ce que nous leur ressemblons ?
-Evidemment, qu’est-ce que tu veux qu’elle te réponde ? Que tu es réellement son père et que tu es marié à Saya ? railla la présidente Hikari, sarcastique comme à son habitude.
-Je ne t’ai pas demandé ton avis toi, je lui ai posé la question à elle, pas à toi.
-Oui, cette Saya est le portrait craché de ma mère et toi tu ressembles à mon père d’autrefois…mais vous êtes bien différents en fait ; répondis-je en souriant tristement et en repensant à mon père d’autrefois, si proche de cette personne en face de moi, mais si lointaine de celle que je connaissais actuellement.
Après avoir réprimé une larme naissant dans mon œil en repensant à tout cela, je continuai :
-Ma mère est morte lorsque j’étais plus jeune et mon père ne s’en est jamais remis…Il m’a même confiée à ma tante puis à une amie lorsque celle-ci ne pouvait plus.
-Je comprends, ça n’a pas dû être facile pour toi de te débrouiller seule toute ta vie, mais ton père devait avoir ses raisons, peut-être voulait-il te protéger ou il pensait que tu serais mieux avec ta tante qui sait ; me dit la présidente Hikari avec la douceur de celle qui m’avait élevée avant de commencer sa carrière politique.
Je ris légèrement en revoyant la personne grincheuse qu’elle était devenue.
-Ma tante me disait exactement la même chose que vous, présidente Hikari.
Oups, c’était le mot de trop. Miyako n’était encore qu’une lycéenne à cette époque, la présidente Hikari n’existait pas encore en dehors du club de duel.
-Présidente Hikari ? Répéta-t-elle surprise.
-Euh…Miyako je voulais dire ; repris-je immédiatement, paniquée à l’idée qu’ils aient des soupçons.
Il allait vraiment falloir que je sois plus prudente dans ce monde, je connaissais certes les personnes qui m’entouraient, mais elles, ne me connaissaient pas, je ne pouvais pas agir comme je le faisais toujours avec elles mais prendre un peu de distance…
Je me souvins alors d’une chose : Laura, elle devait être ici, dans ce château. Si je voulais la sauver, je devais rester auprès d’elle le plus souvent possible pour éviter le pire…
-J’ai une faveur à vous demander cependant ; déclarai-je soudainement. Est-ce que je pourrais rester ici quelques temps avec vous ? J’ai certaines choses à faire, mais je ne peux pas rentrer chez moi donc…
-Je pense que…
-C’est d’accord, tu peux rester ici ! S’exclama Hélios en coupant la parole à mon père. De toute façon, j’allais te le proposer tout à l’heure, parce que j’imagine bien que camper ça ne doit pas être très agréable !
-Et voilà qu’il prend les décisions à la place de la propriétaire du château, j’aurais tout vu moi ; lança la future personne la plus importante du pays.
Tout le monde remonta ensuite dans sa chambre excepté Hélios qui appela la fameuse propriétaire du château, Sherry Leblanc, qui arriva de très mauvais poil en pestant contre le soi-disant roi, mais finit par se calmer et se radoucit lorsqu’elle se présenta à moi avant de m’accompagner à l’étage où il restait une chambre de vide…mais vraiment vide, il n’y avait qu’un lit et rien d’autre dans cette pièce, mais je n’avais pas d’autre choix que de m’en contenter. Puis, après une bonne vingtaine de minutes, je me retrouvai à nouveau seule et la première chose que je fis fut de m’affaler sur le lit et regarder au plafond.

https://www.youtube.com/watch?v=iTp05liAM2A

Bon, j’avais retrouvé la mémoire, c’était une bonne chose, mais pour ce qui était de la suite des événements, je n’avais aucune idée de comment procéder, d’autant plus que je ne savais pas quel jour exactement Laura devait mourir. J’allais devoir l’avoir constamment à l’œil…Et puis, ce n’était pas tout, il y avait ma mère aussi. Je ne connaissais pas exactement la cause de sa mort – tout le monde mettait ça sur le dos d’une maladie mais je n’y croyais pas – mais je sentais que je pouvais également l’empêcher si je me débrouillais, ce qui sauverait également mon père.
Enfin, ce n’était que de la théorie, en pratique, tout risquait d’être bien plus difficile. Et puis, il y avait cet Armageddon. Il se disait protecteur du destin, cela voulait-il dire que, s’il se rendait compte que j’étais encore en vie, il se mettrait à ma poursuite ? Ou bien s’opposerait-il à moi à chacune de mes tentatives ?
Si seulement je pouvais avoir des alliés dans cette époque, il me serait peut-être plus facile d’accomplir mes objectifs…
Je me levai et j’allai sur le balcon pour avoir un peu d’air frais…un peu trop frais même…et je me mis à regarder les étoiles. Le ciel était exactement le même qu’à mon époque, les mêmes étoiles brillaient, de même que la lune, fidèle à elle-même en tout temps. Hélio contemplait-il le même ciel que moi en ce moment ?
Je ris légèrement. Quelle question stupide. Cependant, une autre question bien plus sérieuse me vint à l’esprit : que s’était-il passé après mon départ ? Allaient-ils tous bien ? Les avais-je condamnés en les obligeant à affronter Armageddon ?
Je sortis cette pensée de ma tête. Non, rien de tout cela n’était encore arrivé. En changeant le futur, jamais Armageddon n’attaquera le labo, je ne reviendrai jamais dans le passé, je n’existerai peut-être même jamais…
Soudain, à côté de moi, j’entendis une fenêtre s’ouvrir et, par réflexe, je me cachais derrière un rideau de ma chambre et je vis une jeune fille sortir de la chambre voisine. Elle était plutôt grande, presque autant que mon père, avait de longs cheveux châtains volant gracieusement derrière elle et elle portait l’uniforme de mon école dans le futur. Je ne distinguais pas son visage mais je sus immédiatement qui j’avais en face de moi : Laura Garden.
Je ne sais pas pourquoi, mais je me figeai en la voyant, non pas que j’avais peur comme avec ma mère, mais elle dégageait quelque chose de spécial, comme une aura visible à des kilomètres, que personne d’autre ne possédait.
La meilleure amie de mon père ne faisait pas un geste et contemplait simplement le paysage noir qui s’étendait devant nous puis, lorsqu’elle décida de rentrer, je pus voir ses yeux, verts comme l’émeraude, reflétant une grande tristesse, mais également…de l’espoir ?
Oui, il y avait dans ses yeux ce que mon père avait perdu depuis longtemps, ce qu’il lui manquait pour avancer, l’espoir d’un lendemain meilleur, un espoir que je pouvais ressentir.
C’était donc ça, ce que Laura avait de plus que moi, et c’était également pour cela que j’échouais depuis tout ce temps. Je m’étais focalisée uniquement sur la reconstruction d’un passé éteint, et non sur un avenir meilleur…
J’étais vraiment stupide de ne pas y avoir pensé plus tôt…mais le passé était le passé, il était trop tard pour avoir des remords, je devais moi aussi aller de l’avant et faire tout mon possible pour la sauver. C’est avec cette pensée en tête que je m’endormis, plus déterminée que jamais.
Le lendemain, Hélios me présenta à tout le monde. C’était vraiment une sensation étrange de connaitre tout le monde sans les reconnaitre pour autant. Mais le plus étrange était ma mère. Je l’avais toujours connue joyeuse, souriante et pleine d’énergie, mais ce jour-là, elle semblait vraiment ailleurs et perdue dans ses pensées, si bien qu’elle fit à peine attention à moi, ce qui ne me dérangeait pas vraiment, je redoutai de devoir lui parler en vérité…
Etrangement, la personne la plus amicale envers moi fut Laura qui semblait vraiment s’inquiéter pour moi. Au moins, ça allait me faciliter les choses si nous étions proches l’une de l’autre. Mais l’attitude de ma mère m’intriguait vraiment, quelque chose ne tournait pas rond…
Le reste de la journée passa rapidement comme le club de duel avait encore un match à faire en demi-finale qu’il gagna haut la main, de même que l’équipe d’Angéla qui remporta la victoire de justesse. Cependant, pendant que je regardai les matchs, une chose m’interpela : Tante Nagisa n’était pas parmi les membres, alors que j’avais entendu qu’elle en était la présidente, mais je n’osai pas demander, de peur de paraitre suspecte.
Le soir tomba, tout le monde rentra et se félicita de la victoire, excepté ma mère qui restait dans son coin, à tel point que mon père finit par lui demander ce qui lui arrivait mais elle répondit par un simple « rien du tout » avant de se lever et de partir dans sa chambre.
Je n’étais pas la seule à être choquée, tout le club de duel semblait aussi surpris que moi, mais le plus affecté était sans nul doute mon père. Il fallait que je sache ce qu’il se passait.
C’est dans cet objectif que, le lendemain, je me faufilai dans les loges avant le début des matchs de la finale contre le club d’Angéla et ce que je vis me sidéra : mon père et ma mère se disputant.
-Alors Saya, tu n’as pas quelque chose à me dire ? Demanda mon père en fronçant les sourcils.
Ma mère baissa le regard, visiblement honteuse de quelque chose.
-Saya ! Répéta-t-il plus durement.
-Je…Je ne peux rien te dire Darksky, je suis désolée…Lui répondit-elle d’une voix éteinte et pleine de remords.
-Nous n’avons pas le temps pour ça Saya ! Ton pouvoir, cette Iori, la citadelle originelle, ne me dis pas que tu ne sais rien du tout sur les démons !
J’…J’étais la source de tous ces problèmes ? Non, c’était impossible, je ne pouvais pas…j’avais simplement fait une erreur…cela ne pouvait pas avoir de telles conséquences…Ce n’était pas ce que je voulais…Ce n’était pas prévu !
-Darksky, les démons sont proches, ces jours de paix sont sur le point de prendre fin…
-Comment peux-tu affirmer une telle chose ? Si tu sais quelque chose, je t’en supplie, dis-le-nous !
-Si Laura est la clé permettant à Gariatron de revenir sur terre, je suis celle qui fera renaitre Luminion dans ce monde !
-Lu…Luminion tu dis ? Le démon originel de l’éclat ? Mais pourquoi ? Qu’est-ce que cela signifie pour le monde et pour toi Saya ?
-Je suis désolée…mais nos routes se séparent ici, je dois préparer le retour du roi de la lumière. C’est un adieu Darksky, n’essaie pas de me retrouver…
Ma mère s’enfuit en courant dans le couloir, laissant mon père sur place, totalement déboussolé.
Non, ce n’était pas ce que je voulais, ils ne devaient pas se fâcher...Je devais absolument faire revenir ma mère coute que coute et c’est pourquoi, je m’élançai à sa poursuite, oubliant totalement ma mission de protéger Laura.


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1822
Points : 1841
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans un asile ...

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 23 Avr - 13:04

Ah, le bonheur de vouloir éviter les conséquences dramatiques lors d'un voyage dans le temps ^^ Ces deux chapitres sont vraiment bien écrits concernant le fait que Iori soit un peu perdue dans l'univers où elle a débarqué. J'adore ce genre de récit même si d'habitude, ce qui est du style SF (comme les moments ''back in time'') ne sont pas trop ma tasse de thé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4572
Points : 4791
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 19
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 23 Avr - 23:50

merci pour les compliments^^ je voulais vraiment qu'on ressente que iori était paumée dans ce monde 26 ans plus tôt parce que je trouve pas ca top quand les gens se baladent dans le temps sans s'étonner de rien x) bon, Iori est inspirée de divers personnages aussi (pas seulement de suzu de steins gate) donc ça aide pour sa personnalité et ses réactions^^


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4572
Points : 4791
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 19
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Lun 25 Avr - 14:20

Je réussis à rattraper ma mère alors que celle-ci sortait du stade et s’était arrêtée quelques instants et regardait derrière elle tristement. Lorsqu’elle me vit, elle eut l’air surprise, mais sans plus et attendit visiblement que je m’explique.
-Iori, c’est ça ? Pourquoi m’as-tu suivie ?
-Ma…Je veux dire Saya, qu’est-ce que tu es en train de faire ?
-Je fais ce que j’aurais dû faire il y a trop longtemps déjà, j’ai perdu assez de temps et les démons sont proches. Je dois faire revenir Luminion à la vie avant qu’il ne soit trop tard.
-Ce n’est pas ce que je voulais dire ! Ce garçon, Darksky, il est ton ami, non ? Alors pourquoi le laisses-tu ainsi ?
-Pour le protéger, quelle question ? Darksky est fort, mais si je l’amène avec moi, alors il voudra me protéger, alors que c’est inutile ; déclara ma mère en serrant le poing.
-Non, c’est loin d’être inutile ! Je suis sûre qu’il est assez fort pour s’en sortir ! Quelle que soit l’épreuve à surmonter, si tu es à ses côtés, je sais qu’il pourrait vaincre…Armageddon ! Alors s’il te plait…
-Tu ne comprends donc rien ! M’interrompit-elle.
Je me tus devant sa réaction. Ma mère…Pleurait…Oui, des larmes s’étaient formées sous ses yeux et dégoulinaient le long de ses joues. Je n’avais jamais vu ma mère pleurer, même dans ses derniers instants, elle continuait à sourire, et ce fut donc pour moi un véritable choc.
-Je le sais qu’il pourrait vaincre Armageddon s’il s’agissait de moi ou de Laura…mais il ne peut rien faire pour moi dans la situation actuelle, personne ne peut rien, parce que…parce que je suis condamnée ! S’écria-t-elle en pleurant à chaudes larmes.
J’écarquillai les yeux de surprise et je fis un pas en arrière. Je…Je ne savais pas quoi répondre. Je savais que ma mère allait disparaitre, mais apprendre qu’elle le savait elle aussi et que pourtant, elle continuait à vivre avec le sourire…je n’avais pas les mots. J’étais partagée entre pitié et admiration. Pitié pour ma mère qui devait redouter son dernier jour à chaque instant de sa vie, et admiration pour la force et le courage qu’elle avait pour continuer à vivre malgré tout.
-Conda…Condamnée ? Répétai-je, abasourdie.
-Oui, condamnée, mes jours dans ce monde…sont comptés désormais ; me répondit-elle en essayant de sourire par-dessus ses larmes. C’est pourquoi, je ne veux pas que Darksky risque sa peau pour moi, ma vie n’a plus aucun prix puisque je dois disparaitre…Cependant, je ne peux pas lui avouer, ça lui ferait trop de peine…
Ma mère releva la tête et me regarda dans les yeux et dans les siens, je pouvais lire toute la détresse du monde. Il m’était insupportable de soutenir son regard, mais j’étais figée, incapable de faire un geste ou de dire quoique ce soit.
-En vérité, mes jours auraient dû prendre fin il y a un moment déjà…mais il me restait un vœu qui me tenait à cœur, une promesse que je devais réaliser, alors Luminion m’a accordé un peu plus de temps…Temps qui va bientôt arriver à son terme.
-Mais…mais…Luminion…Ne peut-il pas…
Ma mère secoua la tête en guide de négation.
-Le pouvoir de Luminion est grand, mais pas infini. Je ne veux pas faire de peine à Darksky et aux autres, alors je préfère m’éclipser maintenant et disparaitre de leur vie. Ils seront tristes certes, mais moins qu’en apprenant ma disparition ; continua-t-elle toujours avec ce sourire sans joie.
-Non, tu ne dois pas partir, tu dois rester avec eux, jusqu’à la fin, tu dois épauler Darksky, il ne pourra pas vivre sans toi !
-Je suis sûre qu’il pourra très bien se passer de moi, après tout, Laura sera toujours là pour lui…
Je me mordis la lèvre pour m’empêcher de parler. Devais-je la prévenir de ce qui allait se passer au risque de griller ma couverture ? J’avais plus ou moins la situation en main jusque-là, créer un tel paradoxe temporel n’entrainerait-il pas des conséquences irrévocables ? Je ne savais vraiment pas quoi faire…
-Iori ; reprit ma mère en me tirant de mes pensées. Je ne sais pas pourquoi je t’ai raconté tout cela…mais s’il te plait, garde le pour toi. Je ne veux pas que tout le monde soit triste par ma faute. S’ils pouvaient simplement me cracher dessus pour traitrise, cela m’irait très bien…
-Non tu as tort ! M’écriai-je si fort que ma mère s’arrêta de parler et me dévisagea, surprise.
Même si…même si ma mission était de sauver Laura…Ce n’était pas une raison pour laisser passer une telle chose ! Je devais sauver ma mère, peu importe les moyens, je n’allais pas la laisser s’échapper sans rien faire, mon père ne me le pardonnerait jamais !
-Nous…nous sommes tous voués à disparaitre un jour, mais si un de mes amis mourrait demain, je préférerais le pleurer plutôt que de le détester sinon, tous les souvenirs heureux que j’ai de lui disparaitraient en même temps ! Tant que notre mémoire vit, nous vivons aussi !
-Mais…je ne peux pas…je suis revenue pour mon simple bonheur et je leur reprendrais le leur en mourant ? Je ne peux tout simplement pas accepter cela…
-Tu ne reprendras rien du tout ! Ce que vous avez accompli tous ensembles, les moments de joies et de peines que vous avez traversés, les épreuves que vous avez surmontées, tout cela, souhaites-tu vraiment que tout le monde oublie ? Souhaites-tu disparaitre de la mémoire de tout le monde !
A ces mots, ma mère fondit en larme et s’écroula sur le sol puis se prit la tête dans les mains.
-Je ne veux pas…disparaitre…Je voudrais rester avec tout le monde…rire, pleurer, m’énerver et vivre avec eux…Mais…Je n’ai pas le choix ! Pourquoi dois-je partir avant tout le monde ? C’est tellement injuste ! Tout ce que je voulais…c’était revoir Darksky une seule fois, était-ce trop demandé ?
Je compris alors à quel point ma mère était désespérée, non pas à cause de son propre sort, mais à cause de ce qu’elle allait laisser derrière elle et je savais très bien ce que cela allait engendrer. Je ne pouvais définitivement pas laisser passer ça…
-Maman, je vais changer ce destin, je t’en fais le serment, je te sauverai, toi et Laura ; murmurai-je en serrant les dents.
-Tu as dit…quelque chose, Iori ?
-Oui, si tu es vraiment l’émissaire de Luminion, prouve-le-moi et refuse cette mort qui s’offre à toi, montre-moi que tu peux défier Armageddon !
-Défier…Armageddon ? Répéta-t-elle, interdite.
-Pour ma part, j’ai moi aussi des gens auxquels je tiens et que je dois sauver, et je n’abandonnerai pas tant que je n’aurais pas atteint mon objectif !
Après tout, Shadow me l’avait dit : je suis Yuiko Iori, fille de Luminion et Nout, capable de combattre à armes égales avec Armageddon.
Sans dire un mot de plus, je retournai vers le stade, laissant ma mère au milieu de la route, bien déterminée à les sauver, elle, Laura et mon père et j’espérais sincèrement que j’avais réussi à convaincre ma mère.
Cependant, au même moment, je sentis la terre trembler sous mes pieds et j’entendis un coup de tonnerre particulièrement puissant secouer le stade tout entier.
-Les démons…
Ils étaient là, ceux pour qui j’étais revenue dans le passé, les démons originels, la plus grande menace que l’humanité n’ait jamais connue. Je me mis à hésiter. Etais-je vraiment assez forte ? Non, je ne devais pas penser à cela. Laura risquait sa vie à chaque instant désormais, je devais me concentrer là-dessus et une fois cette affaire réglée, je passerais à ma mère !
Je me mis à courir dans les couloirs du stade, croisant des milliers de spectateurs affolés tentant de s’enfuir. Ma progression était difficile et à chaque instant, je redoutais d’arriver trop tard.
Après dix minutes de galère, je finis par réussir à sortir dehors et ce que je vis me laissa sans voix. Au-dessus de moi planait une gigantesque citadelle de pierre noire tandis qu’à mes pieds, des dizaines d’hommes et de monstres étaient en train de se battre. Je fus légèrement soulagée lorsque je vis Laura et Trishula se battre contre un affreux monstre blanc à queue de serpent mais mon cœur s’emballa néanmoins en voyant mon père à terre, à la merci d’un oiseau de feu.
Furtivement, je regardai à l’extérieur du stade mais ma mère avait disparu. Tant pis, une chose à la fois. Je mis à mon bras mon disque de duel et j’invoquais la première carte me venant.
-Baxia, Arrête ces flammes, Cosmic Light !
L’impact me permit de voir l’adversaire de mon père qui n’était autre que…tante Nagisa ? Qu’est-ce que…Non, définitivement, je n’avais pas le temps, cette histoire allait bien se régler d’elle-même. Je sautai donc des gradins pour atterrir juste devant mon père, visiblement étonné de me voir ici.
-Ce n’était pas censé se passer ainsi ; grommelai-je. Je vais avoir beaucoup à faire…
-Iori…Comment cela se fait-il que tu aies le deck de Saya ? Me demanda Miyako interdite.
-Vous vous soucierez des détails plus tard présidente Hikari…euh, je veux dire Miyako. Pour le moment, j’active la capacité spéciale de Baxia qui va nous débarrasser définitivement de ce phénix immortel ! Aller mon dragon, renvoie-le d’où il vient !
Le monstre de feu disparut instantanément puis s’ensuivit un bref échange entre mon père, la présidente Hikari et Tante Nagisa auquel je ne compris pas grand-chose à part que, dans ce monde, Tante Nagisa était une ennemie, prête à tout pour…quelque chose, l’exacte opposée de celle que je connaissais. Je ne savais pas trop quoi dire, mais je pensais qu’il fallait réconforter mon père après ce second choc.
-Pap…je veux dire Darksky, même si tout s’effondre autour de toi, tu ne dois pas baisser les bras. Si le soleil ne peut réchauffer le cœur gelé d’une personne, alors peut-être que la chaleur d’un proche pourra le faire…Déclarai-je en lui lançant un regard compatissant.
-Merci d’essayer de me réconforter Iori, mais je n’en ai pas besoin.
-Ah oui, vraiment ?
-Saya et Nagisa nous ont quittés, c’est un fait, mais nous sommes toujours là, quoiqu’il arrive, rien ne pourra effacer le passé donc il ne me reste qu’à me tourner vers l’avenir et espérer qu’il sera meilleur.
-Effacer le passé…effacer les larmes de papa…Répétai-je en repensant à mes propres actes.
-Pardon ?
-Non, rien, oublie ce que je viens de dire, je pensais à…un film que j’ai vu récemment ! Me corrigeai-je rapidement. Oui, un magnifique film ! Mais ce n’est pas le moment de parler de ça, aidons plutôt Laura et les autres à passer !
-Je me charge des sbires, vous, allez aider Angéla et Laura ! Ordonna la présidente Hikari.
Je souris une nouvelle fois à mon père avant de me plonger dans la bataille. Si seulement il savait que vingt-six ans après, il ne serait plus en mesure de tenir le même discours…Mais c’était bien pour cela que j’étais revenue, afin qu’il puisse avoir à nouveau espoir en l’avenir
C’est alors que je le vis, l’homme m’ayant aidé dans ma quête : Shadow, le père de Laura, en pleine bataille avec quatre personnes et à ses côtés se tenait un grand dragon sombre et une illumination me vint : c’était lui dont j’avais besoin, l’allié que je recherchais dans cette époque, la seule personne prête à tout dans le futur pour sauver sa fille : Shadow.
Malheureusement pour moi, il était encore dominé par sa rage de domination du monde, mais une petite lueur d’espoir surgit lorsque je le vis refuser de combattre sa fille. Oui, définitivement, je devais m’appuyer sur lui si je voulais avoir une chance de sauver Laura.
Lorsque le criminel invoqua son monstre, Darkness Shadow, je compris à quel point il avait pu semer la terreur dans le passé. Cette créature venait d’exploser littéralement les défenses de la forteresse de pierre et tout le monde était subjugué par sa puissance. Mais moi, je n’avais pas peur, je savais de quoi ce dragon était capable, et je savais que Shadow me craignait autant qu’il me respectait dans le futur. Shadow du d’ailleurs remarquer mon sang froid car son regard croisa le mien et il fronça les sourcils.
-Shadow, je connais votre souhait le plus cher et c’est pourquoi, vous allez m’aider, que vous le vouliez ou non ; murmurai-je dans le vent.
Le criminel braqua son regard sur mon père et ses amis avant de déclarer froidement :
-Comprenez-vous maintenant quelle puissance je détiens ? Une puissance au-delà de celle des dieux, au-delà de celle des démons, au-delà de celle de la fusion parfaite, au-delà même de celle d’Armageddon…Je suis inarrêtable !
-N’en sois pas si sûr Shadow…Ou devrais-je dire, Gariatron, démon originel des ténèbres.
Mon cœur s’emballa et une larme me vint au coin de l’œil lorsque je vis ma mère, le disque de duel à la main, le regard déterminé, un gigantesque monstre doré à ses côtés…Mais une minute…ce monstre…c’était lui, celui m’ayant sauvé d’Armageddon dans les couloirs du temps !
-To…Toi ? Hurla Shadow… fou de rage.
-Mes amis ; dit Hélios en souriant, je vous présente le plus grand ennemi de Gariatron, Luminion, démon originel de l’éclat en personne.
Luminion…alors c’était le démon originel de l’éclat qui m’avait sauvée et qui me protégeait depuis tout ce temps…Shadow disait vrai…
-Gariatron, si tu veux détruire l’humanité, tu devras passer sur le corps de Luminion ! S’écria ma mère en brandissant son disque de duel.
-C’est…impossible…être parvenu à ressusciter Luminion avant Gariatron…Murmura criminel, suant à grosses gouttes.
Ce dernier donna un ordre à son dragon et disparut en même temps que les sbires des démons, ne laissant que nous au milieu d’un stade dévasté.
Mon père se jeta immédiatement dans les bras de ma mère pour la serrer contre lui et je souris malgré moi. Malgré les révélations de ma mère, j’étais vraiment heureuse d’avoir pu la ramener. Apparemment, elle avait suivi mes conseils car elle ne laissait apparaitre nullement la tristesse qu’elle m’avait montrée. Elle était redevenue la personne souriante et heureuse que j’avais toujours connue.
En sortant du stade, je me tins légèrement à l’écart des autres. Ils étaient tous très heureux d’être sortis indemnes de cette épreuve, mais, en voyant mon père et Laura, je ne pus m’empêcher de ressentir une certaine tristesse. Ils étaient si proches l’un de l’autres, Tante Nagisa ne mentait pas. Je compris alors toute l’étendue de ma mission. L’échec n’était décidément pas une option. Il ne s’agissait plus seulement de mon père, mais de moi aussi à présent : si j’échouais, jamais je ne m’en relèverais.
Ma mère me tira de mes pensées en venant me parler :
-Iori, je dois te remercier, tu avais raison sur toute la ligne.
-De…de rien…Mais je n’ai rien dit de spécial ; répondis-je, gênée.
-Au contraire, je voulais fuir, et tu m’as rappelé à quel point je tenais à cette vie avec Darksky et les autres. Sans toi, j’aurais tout abandonné et je me serais certainement haie jusqu’à la fin de mes jours.
-Non vraiment, je…
-A présent, je vais faire tout mon possible pour rendre tout le monde heureux, jusqu’à mon dernier souffle, je promets de rester fidèle à moi-même. Après tout, c’est le moins que je puisse faire pour les remercier ; déclara ma mère avec un large sourire, ce même sourire qu’elle avait toujours arboré.


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4572
Points : 4791
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 19
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Ven 29 Avr - 12:37

Iori : Refuser le destin


Après le retour de ma mère, les jours passèrent rapidement. Entre l’angoisse de tout le monde sur une potentielle attaque des démons et ma propre peur au sujet de Laura qui pouvait mourir à tout moment, je n’avais pas une seule seconde à m’accorder. Etrangement, j’aimais cette atmosphère, non pas avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête, mais être avec le club de duel, partager mes journées avec eux, et ne plus être traitée comme une enfant mais comme un membre à part entière de leur club, connaitre ce que mes parents avaient connu.
Miyako, malgré ses airs froids et rébarbatifs, cachait la grande gentillesse dont elle avait fait preuve avec moi, mais j’aimais bien cette facette de sa personnalité également. Angéla et Drago étaient fidèles à eux-mêmes, cela me permettait d’avoir un petit pied à terre lorsque les choses devenaient trop étranges pour moi. Laura, elle, semblait bien plus s’inquiéter pour moi que je ne m’inquiétais pour elle, ne faisant que renforcer mes convictions de la sauver coute que coute. Ma mère détendait l’ambiance comme elle me l’avait promis, avec son éternel sourire et mon père était forcé de suivre le rythme. Tout cela ressemblait à peu de choses près à mon ancienne vie en y regardant de plus près.
Les choses commencèrent à changer le jour où on nous apporta une étrange pierre et en la voyant, mon cœur s’emballa. J’y étais, je sentais que ma véritable mission allait commencer. L’erreur n’était pas permise.
Hélios nous sépara en plusieurs groupes mais je préférai partir de mon côté. Je m’arrangeai donc pour régler cette histoire rapidement en envoyant valser les quelques généraux qui se frottaient à moi avant de me trouver une place avec une fontaine en son centre. Je m’assis sur le rebord et je me mis à réfléchir à mes plans à partir de là.
Jusque-là, j’avais réussi à faire un quasi sans faute. Mais ma seule erreur m’avait permis de réaliser une chose : j’avais le pouvoir de modifier le passé. Si j’avais laissé ma mère partir, les événements auraient sans doute pris une tournure radicalement différente. Malheureusement, je n’avais pas une totale maitrise de ce que je modifiais, je devais donc être très prudente.
Cependant, j’avais une petite idée de comment m’y prendre pour éviter un changement trop radical. Dans le futur, Shadow ne désirait que revoir sa fille, donc, en suivant ce raisonnement, en annonçant sa mort dans ce présent, il ferait tout pour la sauver. Seulement, il fallait le convaincre que je venais bien du futur, et c’était la partie la plus difficile du plan, après celle où je devais prendre contact avec lui.
Parce que, c’était bien beau de réfléchir à en faire mon allié, mais si je ne pouvais même pas l’approcher de plus de cent mètres, c’était inutile. J’avais hésité de nombreuses fois à en parler à Hélios mais je n’arrivais pas à me retrouver seule avec lui plus de cinq minutes, si bien que j’avais fini par abandonner. Peut-être avais-je baissé les bras trop vite, après tout, son absence du futur m’aurait permis de me confier à quelqu’un sans modifier radicalement les souvenirs de tous.
Soudain, alors que j’étais perdue dans mes pensées, un vent glacial me traversa. Mais ce n’était pas un simple vent de décembre, non, il apportait avec lui le malheur et le désespoir. Je me mis à regarder de tous les côtés, anxieuse et je fis un bond de trois mètres en arrière.
Dans l’eau de la fontaine, juste derrière moi, deux yeux rouges comme le sang luisaient. Je les reconnaissais, c’était les mêmes que lors de mon attaque dans les couloirs du temps, les yeux d’Armageddon…
-Yuiko Iori ; déclara une voix grave résonnant dans l’air, je t’ai enfin retrouvée.
-Ar…Armageddon…Bégayai-je, tremblante.
La paire d’yeux sanglants s’éleva lentement dans les airs, suivi d’un corps fantomatique mais duquel je pouvais facilement distinguer les deux bras, les deux jambes, une paire d’aile et une longue queue trainant derrière l’ombre, à la manière d’un dragon. Dans ses mains, la créature tenait une sorte de lance pointue aux deux extrémités.
-Ceux qui souhaitent modifier l’histoire…Doivent être supprimés de l’histoire ; déclara la créature en s’avançant vers moi.
Je continuai à reculer, effrayée. Non, je ne devais pas avoir peur, Shadow m’avait dit que je pouvais me battre à armes égales avec Armageddon…alors pourquoi tremblais-je comme une feuille ?
-Il est temps de disparaitre, Yuiko Iori…
-Vous…Vous allez me renvoyer à mon époque, c’est ça ? Bafouillai-je.
-Ceux qui souhaitent modifier l’histoire doivent être supprimés de l’histoire.
Mon pouls s’accéléra dangereusement. Non, Armageddon n’avait aucune intention de me renvoyer gentiment chez moi…
Je sursautai en me cognant contre une surface dure derrière moi avant de me rendre compte que j’étais dos au mur tandis que l’ombre se rapprochait toujours plus de moi. Non, je ne pouvais pas fuir, je devais empêcher la mort de Laura et celle de ma mère, je devais effacer les larmes de mon père, je devais changer le futur !
-A nous deux Armageddon, moi, Yuiko Iori, fille de Nout et de Luminion, je vous attends, venez !
L’ombre leva sa lance et la pointa dans ma direction. Je ne voulais pas mourir, je ne devais pas mourir, pour Hélio qui m’avait soutenu tout ce temps, pour Shadow qui avait mis ses espoirs en moi, pour mon père que j’ai brisé en disparaissant, pour ma tante Marie qui me faisait confiance, pour Laura qui était devenue une de mes meilleures amies, pour ma mère qui m’avait promis de vivre jusqu’au bout, pour eux, je ne pouvais pas échouer !
-Adieu, Yuiko Iori, Destiny Spear !
-Fusion Parfaite Activée ! Combattons le destin ensemble, maman…Illumine les cieux, Chaofeng, perfection du yang Zing !
Alors que la lance était presque parvenue jusqu’à moi, elle fut stoppée dans son élan par un grand dragon mauve qui venait de faire son apparition entre moi et Armageddon. La créature ne s’attendait visiblement pas à ça et je fus comme soulagée d’un grand poids. Heureusement, il n’était pas omniscient, du moins pas me concernant, j’avais encore toutes les chances de mon côté.
-Toute résistance est futile.
-C’est ce que nous verrons Armageddon, en attendant, je vous invite à gouter à l’attaque de Chaofeng !
Mon dragon se jeta sur l’ombre et la heurta comme si elle était matérielle. Cette dernière s’écrasa contre un mur en face en créant un énorme cratère. Mais il était trop tôt pour crier victoire.
-Peut-être t’ai-je sous-estimée, humaine…Mais je ne laisserai pas passer cela. L’histoire ne doit pas être modifiée !
Armageddon se releva et son ombre commença à prendre des formes distinctes. Je pus voir une main griffue, puis un bras entièrement recouvert d’une armure noire comme la nuit.
Cependant, je ne vis rien de plus car une explosion de lumière m’aveugla quelques instants et l’ombre fut comme annihilée en un seul instant et le bras matériel tomba à terre avant de se disparaitre à son tour.
Je levai la tête vers mon sauveur qui n’était autre qu’Hélios, chevauchant un grand dragon à l’armure d’argent et aux ailes d’or. Ce dernier sauta et vint se placer devant moi, l’air inquiet.
-Iori, tout va bien ? Me demanda-t-il immédiatement.
-Oui, ne vous inquiétez pas, j’ai pu repousser les attaques d’Armageddon.
Le soi-disant roi se figea lorsque je prononçai ce nom et je grimaçai. J’en avais trop dit peut-être…
-Enfin, je ne suis pas sûre qu’il s’agissait bien d’Armageddon, juste une supposition ; continuai-je, paniquée à l’idée qu’il ait pu me percer à jour.
-Certainement, personne ne peut tenir tête à Armageddon…actuellement du moins…déclara-t-il en me dévisageant.
Impossible…Comment avait-il pu deviner à partir de si peu ? Je n’avais pourtant fait aucune erreur devant lui qui aurait pu le conduire à une telle conclusion…Etait-ce simplement ma ressemblance avec mon père qui lui permettait d’affirmer cela ? Ou bien était-ce quelque chose que je n’avais pas compris moi-même ?
-Enfin bon, je suis content que tu n’aies rien ; reprit Hélios en s’adoucissant. Fais attention si cette créature rapplique.
-Ou…Oui, merci pour le coup de main…
Hélios remonta sur l’épaule de son dragon et s’apprêtait à s’envoler lorsque je l’interpelai :
-Attendez, j’ai quelque chose à vous dire !
-Oh, qu’y a-t-il Iori ? Je suis pressé, ils sont en train de faire n’importe quoi sans moi j’ai l’impression.
Je me mordis la lèvre. Non, définitivement, je ne pouvais pas lui révéler que je venais du futur juste comme ça, même s’il l’avait découvert…Mais je sentais que je devais lui demander de l’aide, indirectement du moins.
-S’il vous plait, protégez le club de duel.
-Hu ? Le protéger ? En a-t-il vraiment besoin ? Me demanda Hélios, intrigué.
-Oui, c’est juste une impression…mais je ne les sens pas prêts à affronter la menace qui se prépare ! Alors je vous en prie Hélios, s’ils sont dans le besoin, sauvez-les ! S’il vous plait !
Après un instant de silence interminable pendant lequel le roi croisa les bras pour réfléchir, ce dernier finit par déclarer :
-Très bien Iori, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour les protéger. Après tout, n’est-ce pas mon devoir de roi de protéger tous mes camarades, même si ceux-ci sont au front ?
-Mer…Merci, du fond du cœur…Murmurai-je, les larmes aux yeux.
-Sur ce, je te laisse Iori !
Hélios s’envola ensuite en direction de la citadelle qui était visible même depuis ma position éloignée. Mais j’étais heureuse. J’avais pu me débarrasser un peu de mon fardeau en le partageant avec Hélios. A présent, je savais que, même si j’échouais ou si Armageddon me tuait, il y aurait quelqu’un pour continuer mon œuvre derrière moi. Maintenant, il ne me restait plus qu’à convaincre Shadow et j’aurais terminé ma mission.
Je reçus au même moment un message de mon père sur mon portable. Il y avait une chose amusante dans toute cette histoire, c’est que son numéro n’avait pas changé en vingt-six ans, de même que ceux de la plupart des membres du club, si bien que je pouvais recevoir n’importe quel message.
Moins amusant cependant, le contenu du message me demandant de venir le rejoindre immédiatement au pied de la citadelle.
Sans réfléchir d’avantage, je pris mes jambes à mon cou pour me précipiter à notre point de départ où je retrouvai tout le monde. Il y avait également Shadow et Hélios se battant dans les airs, Darkness Shadow contre le dragon d’argent du nom d’Atum, le même dragon que celui d’Hélio…
-Saya, que se passe-t-il ? Demanda la présidente Hikari en voyant Hélios se battre contre Shadow
-C’est très simple Miyako, nous allons mettre fin à cette guerre avant même qu’elle ne commence ; lui répondit ma mère.
-Très…certainement, mais concrètement ?
-Nous allons nous introduire dans la forteresse et nous nous diviserons en plusieurs groupes. Mais notre but n’est pas le combat, nous devons l’éviter à tout prix. Nous y allons pour négocier la paix. N’utilisez la force qu’en dernier recours.
Le plan ne me plaisait pas du tout, autant pour Laura que pour ma mère. Je sentais bien que ce pour quoi j’étais là se trouvait juste au-dessus de moi, dans cette forteresse de pierre, il fallait que je la dissuade de faire ça…
-Attends Saya, tu veux vraiment y aller ? Demandai-je. Je veux dire…Tu n’es pas obligée, tu devrais plutôt…
-Non, je dois y aller aussi. C’est mon plan, je dois y participer.
Ce n’était pas du tout ce que je voulais dire. Il n’était pas que question d’elle, mais de tout le monde. Je voulais à ce moment-là, plus que jamais, leur révéler le futur…mais je ne pouvais pas, je devais absolument éviter les effets irréversibles sur le futur que je ne pourrais pas contrôler.
Les choses allèrent tellement vite que je n’eus pas le temps d’émettre d’autres objection. J’allais devoir me montrer plus prudente que jamais…
Laura, Drago, Angéla, June, Miyako, ma mère, mon père et moi, voila qui devait se rendre à l’intérieur de la forteresse. Je devais coute que coute rester auprès de Laura, sans quoi, c’en était fini de ma mission et de Laura…


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1822
Points : 1841
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans un asile ...

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Ven 29 Avr - 16:51

J'ai l'impression que tu montres Armageddon comme une espèce de machine à en voir ses paroles sur le saut temporel de Iori (limite un GIF en paroles). Je trouve ça pas trop mal
Par contre, je sais que c'est nécessaire de le rappeler dans ce genre de situation mais le fait de répéter limite toutes les 15 lignes qu'il faut faire attention à ne pas trop en dire quand on vient du futur, je trouve que ça fait un peu lourd dans le récit (sans t'offenser bien sûr, ce n'est que mon point de vue sur la redite)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4572
Points : 4791
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 19
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Ven 29 Avr - 18:03

oui, c'est vrai qu'il peut donner cette impression a répéter tout le temps la même chose x) mais c'est parce que pour le moment il est là pour la déco, il prendra son importance plus tard^^
et tu trouves que c'est lourd? bon peut-être je me rends pas compte quand j'écris moi x) de toute facon, elle le dira plus vu que là, on arrive à la fin de l'arc iori, je termine ce chapitre, et logiquement, il en restera peut-être un épilogue et on reprendra le cours normal de l'histoire avec le dernier chapitre avant la saison 3^^


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1822
Points : 1841
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans un asile ...

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Ven 29 Avr - 19:19

Oui, je trouve ça assez lourd puisqu'elle le répète au moins 3 fois par chapitre (calcul non exhaustif que je n'ai pas fait, juste de l'extrapolation). Après, ça ne veut pas dire que ça enlève à l'arc Iori toute sa qualité. La manière dont tu opères ce saut temporel rend vraiment ces chapitres passionnants (sauf bien sûr ces redites).
Après, j'espère que la saison 3 sera tout aussi bien que les deux précédentes (que je relirai quand j'aurai un peu de temps pendant les vacances).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4572
Points : 4791
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 19
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 30 Avr - 0:00

remercie plutot tous les animés sur le voyage dans le temps que j'ai regardé dans ce cas, et plus particulièrement steins gate qui a donné naissance à Iori :3
j'espère que la saison 3 pourra égaler la 1 et la 2 parce que pour le moment, j'ai l'idée de base mais j'ai pas encore l'enchainement des événements contrairement à la s2 où quasiment tout était prévu à l'avance donc ça risque d'être un peu chaotique comme la saison 1 si je trouve pas rapidement un enchainement logique x)


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mentali71

avatar

Messages : 3246
Points : 3641
Réputation : 5
Date d'inscription : 11/02/2014
Age : 26
Localisation : tu vois chalon sur saone ? gg tu m'as trouvé

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 30 Avr - 17:48

si tu veux je peux te montrer des opening pour l'ambiance



 "Tsudoishi negai ga aratani kagayaku hoshi to naru! Hikari sasu michi tonare! Shinkuro Shoukan! Hishouseyo, Sutādasuto Doragon!"
"Ouja no Kodou, Ima Koko ni Retsu wo Nasu. Tenchi Meidou no Chikara wo Mirugaī! Shinkuro Shoukan! Waga Tamashī, Reddo Dēmonzu Doragon!

"Kuroki Senpū yo! Himetaru Omoi wo sono Tsubasa ni Genshutsu seyo! Shinkuro Shoukan! Maiagare, Burakkufezā Doragon!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4572
Points : 4791
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 19
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Sam 30 Avr - 20:37

plus qu'une ambiance, c'est un scénario qui tient la route qu'il me faudrait x) j'ai les grands finaux et tout mais pas ce qui va me permettre de les introduire x)

sinon suite du jour :3

Aux côtés de celle que je devais protéger, j’enfourchai Trishula et nous commençâmes notre ascension vers la forteresse. Evidemment, ce ne fut pas une partie de plaisir, et je pus voir de mes propres yeux Gariatron, la créature ayant semé la terreur par le passé…ou plutôt dans le présent mais étrangement, il ne m’inspirait rien du tout. Pour moi, ce n’était qu’un monstre de duel comme les autres, de même que Luminion lorsqu’Hélios l’invoqua. Peut-être était-ce parce que j’étais plus puissante qu’eux…Quoiqu’il en soit, les deux créatures commencèrent à se battre entre-elles et Luminion nous ordonna de partir tant qu’on le pouvait. Nous ne nous fîmes pas prier davantage. Cependant, ce n’était que le début de nos ennuis, car, après avoir échappé de justesse à un tir de la forteresse, une armée de milliers de monstres de duels nous fonçaient dessus.
Je n’étais pas réellement inquiète. Je savais qu’ils allaient tous s’en sortir, tout ce qui m’importait était la sécurité de Laura, mais tant qu’elle restait près de moi, je n’avais rien à craindre de ce point de vue. Tout ce que j’avais à faire était de ne pas la quitter des yeux un seul instant et tout irait bien…
-ça me semble réalisable, tu es prête Iori ? Me demanda Laura en me tirant de mes pensées.
-O…Oui ; bégayai-je sans savoir à quoi je répondais.
Je ne compris qu’après le plan d’attaque, lorsque nous nous engouffrâmes dans une brèche créée par les monstres de duel. Je me mis à vraiment avoir peur avec toutes ces bestioles autour de nous. N’importe laquelle aurait très bien pu nous prendre en traitre et nous tuer avant même que nous ne réalisions ce qui nous arrivait…
Heureusement, aucune créature ne nous attaqua et nous finîmes par émerger au-dessus de la masse de monstres et finalement, après quelques difficultés et un sauvetage in extremis de mon père, et de l’intervention impromptue de tante Nagisa depuis la citadelle, nous pûmes pénétrer à l’intérieur.
Arrivés à un croisement, nous décidâmes de nous séparer pour pouvoir couvrir plus de terrain. Il fallait absolument que je reste auprès de Laura…
-Il ne reste que Terra alors, Darksky et moi, on peut s’en charger ; affirma ma mère. Tu es partant, on va se refaire cette expédition de l’année dernière rien que tous les 2 !
-Une minute, je ne suis pas…Protesta Laura, que j’interrompis.
-Parfait, je monterai la garde avec Laura !
-Non, ça ne va pas du tout, je…
-Laura, tu n’es pas rabaissée ou quelque chose comme ça, mais tu es sûrement notre meilleur élément, si nous échouons, tu es la seule à avoir une chance de vaincre les démons ; continua mon père.
Je lâchai un soupir de soulagement. Les choses semblaient s’arranger en ma faveur. Cependant, je pensais à une chose : sans ma présence, Laura serait-elle restée seule à attendre ? Etait-ce pour moi le moment de vérité ? J’en avais bien l’impression…non, j’en étais convaincue : ce n’était plus qu’une question de minutes ou d’heures avant la fin de ma quête…
Alors que les autres étaient partis, Laura se mit à faire les quatre-cents pas dans la pièce, grognant contre tout le monde et frappant tout ce qu’elle trouvait tandis que moi, je restai sur mes garde, attentive au moindre bruit, au moindre mouvement dans la grande pièce. Le danger pouvait surgir de n’importe où, tout était potentiellement mon ennemi : un homme des démons embusqué, un monstre invisible, une pierre mal accrochée au plafond, un insecte venimeux, je me méfiais de tout.
Finalement, Laura se calma en sortant son deck et, voyant la carte qu’elle tenait entre les mains, je ne pus m’empêcher de revoir cette photo que contemplait mon père le jour de mon départ et je repensai à la véritable raison de mon retour dans le passé. Au départ, si j’avais voulu revenir, ce n’était pas pour sauver Laura, non, c’était pour trouver ce qu’il me manquait pour sauver mon père…Peut-être était-ce le moment de trouver ce quelque chose.
Je m’approchai discrètement de mon amie et je déclarai :
-Oh, Trishula, dragon de la barrière de glace, c’est un sacré monstre que tu as en ta possession Laura ;
Laura sursauta et fit un bond de trois mètres en lâchant un cri de surprise avant de se calmer en voyant qu’il ne s’agissait que de moi.
-Iori, évite de faire peur aux gens comme ça ; râla-t-elle.
-Désolée, désolée ; m’excusai-je précipitamment. Simplement, je connaissais quelqu’un qui possédait cette carte également…Déclarai-je en revoyant mon père chérir cette carte.
-Vr…Vraiment Répéta-t-elle, étonnée. Je pensais que ce dragon était unique.
-Je ne sais pas vraiment si elle l’est, mais cette personne tenait vraiment à Trishula. Cette carte lui rappelait quelqu’un qui lui était cher mais qu’il ne pouvait plus voir désormais. Elle me disait souvent que Trishula était le départ de tout.
Laura rit légèrement.
-Il semblerait que Trishula soit un symbole pour tout le monde apparemment.
-Vraiment, pour toi aussi cette carte est importante à ce point ? Demandai-je étonnée que mon père ne soit pas le seul à y tenir.
-Oui, elle a été le point de départ de ma carrière dans le duel de monstre et c’est grâce à elle que j’ai pu rencontrer Darksky il y a six ans. Et plus que tout, elle représente pour moi l’espoir, l’espoir de Darksky de me sauver lorsque j’étais déchainée, l’espoir pour moi d’avancer et de vivre sans blesser personne, l’espoir de mon père pour se venger de ce monde qui nous a fait tant de mal…
Alors voilà…Voilà qui était réellement Laura Garden, l’idéal que je n’avais jamais atteint, la réponse au mal de mon père. Enfin, après tant d’année, j’avais ma réponse définitive, ce qui me manquait pour aider mon père, ce que je n’avais pas en moi, cet espoir de Laura aurait suffi à résoudre tous mes problèmes…
Je me mis à pleurer devant mon propre aveuglement. J’avais été si…égoïste. Je prétendais être la seule à pouvoir sauver mon père en remontant dans le temps et en protégeant Laura…mais je n’en avais pas besoin, la réponse était sous mes yeux depuis toujours. Si j’avais réfléchi ne serait-ce qu’une seconde en lisant le journal de Laura, j’aurais pu trouver par moi-même et je n’aurais pas blessé tant de personnes en tentant de modifier le passé…Vraiment…j’étais à des années-lumière de Laura…
-Iori, tout va bien ? Tu pleures et…
J’essuyai rapidement mes larmes.
-Ne t’inquiète pas Laura, c’est juste que la personne que je connaissais me disait souvent la même chose…répondis-je en m’efforçant de sourire.
-Tu devais beaucoup aimer cette personne je suppose.
-Qu…Qu’est-ce qui te fait dire ça ? Bégayai-je.
-J’ai passé tant de temps dans la tristesse que je peux reconnaitre l’amour au premier coup d’œil. Je peux même affirmer que cette personne était très proche de toi, un ami ou bien peut-être même l’un de tes parents qui sait.
-O…Oui, effectivement, tu as juste, il s’agissait de mon père ; m’exclamai-je, vraiment surprise.
Laura rit devant ma réaction excessive.
-Tu sais Iori, je ne sais pas ce que tu as vécu, mais si ton père était guidé par l’espoir lui aussi et par Trishula, alors tu as certainement du hériter du même sentiment que lui, tout comme j’ai hérité de l’espoir de Darksky l’année dernière.
-Je ne sais pas, je ne suis plus sûre de rien…Murmurai-je en baissant les yeux, honteuse de ne pas pouvoir répondre simplement « oui » sans mentir.
-Que veux-tu dire ?
J’inspirai profondément et j’allai m’asseoir au centre de la pièce avant de sortir la fusion parfaite de ma poche.
-Lorsque ma mère est morte, mon père a sombré dans la folie. Je suis partie en espérant pouvoir effacer les larmes de papa. Je devais retrouver l’une de ses amies perdues, comprendre comment lui rendre le sourire comme cette amie l’avait fait bien avant ma naissance. J’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour arriver à mes fins, je suis même allée jusqu’à m’allier avec un criminel notoire, pour quel résultat ? Plus de souffrances…
-Tu n’as donc pas retrouvé cette personne que tu cherchais ?
-Si, je l’ai trouvée, et c’est justement là le problème : je ne suis pas elle, je ne peux pas redonner le sourire à mon père comme elle le faisait. J’ai vraiment l’impression d’avoir tout sacrifié pour rien…
Laura s’approcha de moi, l’air sévère et je me pris peur. En avais-je trop dit ? Ou bien était-elle en colère contre mon égoïsme ?
Cependant, je ne m’attendais pas du tout à ce qu’elle allait me répondre :
-Evidemment que tu n’es pas la personne que tu cherches ! Chacun est unique est je doute que ton père ait voulu que tu deviennes son ancienne amie, aussi proches fussent-ils.
-Mais j’ai échoué, jamais plus mon père ne sourira, pas après tout ce que j’ai fait !
Non, c’était impossible, sans Laura, sans ma mère, sans moi, il ne restait personne capable de faire sourire mon père et lui redonner gout à la vie…
-Comment peux-tu l’affirmer ? L’histoire n’est pas gravée dans le marbre. Si nous nous battons aux côtés d’Hélios contre Armageddon, c’est justement parce que nous croyons à notre propre avenir, un avenir que nous aurons modelé de nos mains. Retourne auprès de ton père et dis-lui que tu es là, que tu le soutiens, et peut-être finira-t-il par émerger.
-Est-ce que…c’est ce que tu pensais toi aussi en étant au service de Gariatron ? Demandai-je, impressionnée par la force de la jeune fille et du courage que je n’aurais jamais eu…
-Oui…Je voulais retrouver mon père, celui qui m’aimait, alors je l’ai accompagné, et je l’aurais accompagné n’importe où, pourvu qu’au bout de notre chemin, il retrouve la raison. J’ai échoué comme tu peux le voir, mais je suis sûre qu’un jour, il comprendra la portée de ses actes, même si pour cela je dois m’opposer à lui.
Les mots de Laura résonnèrent dans mon esprit. Oui, je n’avais pas besoin d’être elle et d’agir comme elle ! Pendant tout ce temps, je n’avais pensé qu’à reprendre son flambeau, j’avais lâché mon père pour devenir quelqu’un d’autre et ce dernier avait fini par replonger à cause de cela ! Mais pendant toutes ces années où j’étais moi-même, où je vivais comme Iori, sa fille et non comme Laura, son amie d’enfance, mon père était heureux, simplement par ma présence, je pouvais égayer ses journées…Quelle imbécile avais-je été en tout laissant tomber !
Mais…il était trop tard, j’étais dans le passé, je pouvais sauver Laura et m’empêcher de commettre la plus grosse erreur de ma vie, il ne fallait pas que je baisse les bras, sans quoi, il ne resterait rien pour mon père à part le désespoir en voyant que sa dernière raison de vivre avait disparu…
-Oui, tu as raison Laura, je ne dois pas abandonner, je dois continuer à me battre pour mon père ! Merci, jamais je ne pourrais te rendre la pareille.
L’instant qui suivit, la forteresse trembla du sol au plafond et trois individus apparurent. Parmi eux, je reconnus immédiatement Shadow, mais il n’était pas seul, un jeune garçon l’accompagnait ainsi que…
Non, ce n’était pas possible…Je connaissais la dernière personne présente…Cette aura noire qui l’entourait, ce regard cruel et dénué d’émotion, ces cheveux blancs comme la neige…Oui, c’était lui, je le sentais, ça ne pouvait être que lui, l’assassin de Laura !
Mon cœur s’emballa. Que devais-je faire ? Attaquer immédiatement et risquer de me faire écraser ou tenter de rallier Shadow à ma cause mais au risque de perdre un temps précieux ?
Devant la réaction du criminel face à sa fille, je choisis la seconde option. Cependant, je me mis à penser que j’avais peut-être fait une erreur lorsque le garçon aux cheveux blancs écarta Shadow de sa route et défia ouvertement Laura.
Je reculai, terrifiée à l’idée d’avoir fait le mauvais choix. Quelques secondes plus tard, ce n’était plus Laura et Bakura qui se trouvaient là, mais un grand dragon de glace et un démon à la peau noire.
-Je suis Zorc Necrophaldes, et j’anéantirai toute personne se mettant en travers du chemin de mon maitre Gariatron ; Déclara le démon d’une voix lente et grave.
-Viens, je t’attends, je suis Laura Garden, fille de Shadow, héritière de la malédiction de Gariatron, alliée de l’espoir et ton adversaire Rugit Laura avant de se jeter sur lui.
Les deux créatures s’échangèrent quelques coups tandis que moi je restai figée sur place, incapable de faire le moindre geste, totalement dépassée par les événements. Soudain, Laura m’ordonna de m’occuper de Shadow et de l’autre idiot pendant qu’elle envoyait Zorc à l’extérieur et qu’elle le rejoignit.
Cela me sortit de ma torpeur et je réalisai à quel point la situation était critique. Je ne pouvais pas y arriver seule, Shadow devait m’aider !
Je me précipitai donc vers le criminel, toujours dans les pommes et je lui donnai une grande baffe pour le réveiller.
-Debout Shadow ! Ce n’est pas le moment de roupiller !
-Qu’est-ce que…Laura ! S’exclama-t-il en sursautant et se remettant debout immédiatement.
-Zorc et votre fille sont à l’extérieur et se battent ! Dit le garçon, inquiet.
-Que…Quoi ? Et toi, qui es-tu et que me veux-tu ? Me demanda-t-il toujours aussi perdu. Je n’ai pas le temps de me battre, je dois aider ma fille !
-Shadow, votre fille va mourir.
-Co…Comment ? Tu es une alliée des démons ? S’étrangla-t-il en m’attrapant par le col, fou de rage. Qu’est-ce que vous voulez à Laura ?
-Je ne suis pas une alliée des démons. Mon nom est Yuiko Iori, et je viens du futur pour sauver votre fille.


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4572
Points : 4791
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 19
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Dim 1 Mai - 22:03

Sayonara Laura :'(

Le criminel me relâcha aussitôt et me dévisagea, les yeux ronds de surprise. Je soutins son regard. Depuis le temps, j’avais pris l’habitude de ne pas flancher face à lui, même s’il paraissait beaucoup plus impressionnant dans ce présent.
-Du futur tu dis ? Qu’est-ce qui me prouve que tu dis vrai ? Tu pourrais très bien être une de ces espionnes prête à dire n’importe quoi pour que je te croie.
Je m’étais préparée à ce genre de réponse. Je ne m’attendais pas à ce qu’il puisse accepter cette possibilité directement, c’est pourquoi, j’avais prévu le coup et je sortis mon téléphone.
-Un téléphone ?
-Non, on s’en fiche du téléphone, regardez ça plutôt !
Après avoir fouillé dans quelques dossiers, je finis par trouver ce que je cherchais et je mis une photo sous le nez du criminel et il fit un pas en arrière, visiblement troublé. Et pour cause, il s’agissait de mon père, ma mère, Tante Nagisa et la présidente Hikari le jour de la ma naissance.
-Qu…Une photo de toi bébé ? Me demanda-t-il.
-Mais non, on s’en fiche de ça ! Regardez plutôt les gens sur la photo ! Rétorquai-je, agacée.
-Ces personnes…on dirait le club de duel de Laura mais en plus âgé…
Ce type était-il aveugle dans le passé ou quoi ? Il devait le faire exprès, ce n’était pas possible autrement, même le dernier des abrutis aurait fait le rapprochement…
-C’est le club bon sang !
-Non…ce n’est pas possible…ils sont cinq dans le club, et non pas quatre…Bégaya-t-il, blême.
-Non, ils ne sont plus que quatre dans le futur.
-Mais…Et Laura…Pourquoi a-t-elle quitté le club ? Je croyais que…
-Laura est morte !
-Mais…Si tu es la fille de Darksky…
-Laura n’est pas ma mère. Je suis la fille de Yuiko Saya.
-Non…Je…je ne peux pas y croire…Laura…Morte ? Ce n’est pas possible, elle a enduré tellement…elle ne peut pas mourir, ce n’est pas possible ! Hurla le criminel en me repoussant.
Je grimaçai. Ce type était buté. Je comprenais que la mort de sa fille soit un fait inacceptable pour lui, mais je n’avais plus beaucoup de temps. Dehors, Laura continuait son combat contre Zorc et aucun des deux ne semblait avoir l’avantage mais ce n’était qu’une question de temps avant qu’elle ne faiblisse alors que le démon était infatigable….
-Toi là ! M’exclamai-je en direction du garçon dont j’ignorai l’identité.
-Que…
-Fais quelque, ne reste pas planté là !
-Je…Shadow, qu’est-ce que je dois faire ? Bégaya-t-il totalement perdu.
-Ne t’emmêle pas Aymeric. Yuiko Iori, c’est bien ça ? Tu dis venir du futur, n’est-ce pas ? Dans ce cas, tu peux certainement me dire ce que je vais devenir ? Selon toi, qu’est-ce que la prétendue mort de ma fille engendrerait ?
Je soupirai.
-C’est vous qui m’avez envoyé dans le passé Shadow.
-Moi ?
-Oui, vous allez finir rongé par le remord, seul et loin de tout, du moins, jusqu’au jour où vous allez me rencontrer et vous allez m’utiliser pour parvenir à vos fins : sauver votre fille coute que coute.
Un léger sourire éclaira la figure du criminel et il haussa les épaules.
-Alors comme ça, moi, Shadow, l’homme ayant fait trembler le monde, je finirai détruit par la mort de ma fille ? Déclara-t-il en riant.
Zut, il n’avait pas l’air du tout convaincu et j’avais sorti tout ce que j’avais…Allais-je devoir me passer de lui finalement ?
-C’est exactement ce que je ferai ; déclara soudainement le criminel, le sourire s’étant effacé sur sa figure ne laissant qu’une tristesse infinie.
-C’est…c’est ce que vous feriez ? Répétai-je, surprise qu’il me croie.
-Oui. Je suis peut-être l’allié de Gariatron, mais je suis avant tout le père de Laura. Le démon peut bien me manipuler comme il veut, mais s’il touche à un seul cheveu de Laura, je m’opposerai à lui, de toutes mes forces. Après tout, elle est le dernier membre de ma famille…
-Dans ce cas, pourquoi combattez-vous encore l’un contre l’autre ? Pourquoi ne vous ralliez-vous pas à Luminion et aux autres ?
Shadow secoua la tête tristement et me répondit :
-Parce que je suis un égoïste. J’ai bien tenté d’agir en héros, mais mon égoïsme a pris le dessus…Tout ça parce que je voulais revoir Laura, une seule fois, parce que je voulais m’excuser auprès d’elle, la serrer dans mes bras comme autrefois, savoir si elle me pardonnait, la voir sourire une dernière fois après quatre ans de tristesse ! Mais…j’imagine que ce n’était pas possible, mes deux souhaits étaient trop contradictoires. En y repensant, je n’aurais jamais dû accepter la première fois…Laura…aurait été bien plus heureuse sans moi…
Le criminel acheva sa phrase en se laissant tomber au sol. Je ne savais pas quoi répondre. Je voyais Laura se battre toujours dehors, mais Shadow me semblait totalement anéanti. Je me maudis moi-même. Ce n’était pas une bonne idée, si Shadow ne m’avait pas demandé de le rallier à ma cause, il y avait une raison : il était incapable d’agir.
Tout à coup, sans aucune raison, je me mis à voir…le futur ? Il y avait…Laura, blessée à mort…puis mon père, anéanti, puis d’autres souvenirs encore, je me voyais grandir aux côtés de mon père, ma mère, tante Nagisa et présidente Hikari, je me vis naitre, je vis ma mère mourir, je me vis donnant un bout de papier à Serena et enfin, prendre en main une étrange machine dans le même laboratoire d’où j’étais partie et revenir au présent…
Je me souvenais de tout…Et J’avais…échoué…

https://www.youtube.com/watch?v=LWkCAouXB60

Mon cœur s’accéléra et je me tournai immédiatement vers la fente dans le mur avant de constater l’évidence et, toutes mes forces s’étant envolées, je lâchai mon téléphone qui se brisa en mille morceaux en heurtant le sol.
-Sha…Shadow…bégayai-je avant de me rendre compte qu’il n’était plus là.
Lentement, je me laissai tomber à mon tour au sol en voyant Laura perdre son apparence de Trishula et commencer ce qui était, je le savais, le début de sa fin…
C’était légèrement différent de la dernière fois. Je me souvenais que Laura avait péri sans avoir défait Zorc et que, dans ma rage, je l’avais détruit seule, mais le résultat était le même, j’avais échoué…
J’étais arrivée trop tard, je pensais qu’en revenant juste avant, je serais en mesure d’agir…mais Armageddon m’avait mis des bâtons dans les roues…une fois de plus !
Shadow revint, portant Laura dans ses bras et l’allongeant sur son propre manteau en guise de matelas. La jeune fille avait les yeux vides, elle saignait de la bouche et de multiples entailles parcouraient son corps meurtri. Cette vision m’était insupportable. C’était la seconde fois…deux fois, j’aurais pu la sauver…mais deux fois j’avais échoué ! J’avais promis…j’avais promis à Hélio de changer le passé…mais une fois de plus, je n’avais rien pu faire à part regarder, impuissante, les rouages du destin se mettre en place et voler la joie de mon père…
-Laura, tiens bon, tu vas t’en sortir ! Criait Shadow, aux portes du désespoir.
Oui, cela aussi, je m’en souvenais, sauf que la dernière fois, aucune réponse n’était sortie de la bouche de sa fille et ses yeux s’étaient fermés pour ne plus se rouvrir.
Laura toussa et du sang se remit à couler de sa bouche. Shadow sortit un mouchoir de sa poche pour essuyer le liquide rougeâtre et Laura l’attrapa par le bras avec ses dernières forces.
-Papa…s’il te plait…écoute-moi…Déclara Laura d’une voix presque inaudible et grimaçant à chaque mot. Est-ce que…j’ai réussi, papa ? Est-ce que…Darksky…a pu accomplir sa mission ? Est-ce que…ce monde…est à nouveau…en paix ?
Un rictus parcourut la figure blanche de Laura et elle se remit à cracher du sang. Son père voulut lui essuyer une nouvelle fois mais elle l’en empêcha.
-Réponds-moi…papa…est-ce que…cette guerre est finie ? Continua-t-elle en tentant d’ignorer tant bien que mal sa douleur.
-O…Oui, elle l’est Laura…Zorc est vaincu.
-Et…toi ? Ne dois-tu pas…nous arrêter aussi ?…
Shadow tourna la tête vers moi et me lança un regard désolé. Il était certainement en colère contre lui-même de ne pas m’avoir cru, mais il ne pouvait rien faire à part plonger dans un océan sans fond de remords et de regrets.
-C’est fini pour moi aussi, Iori m’a vaincu, je ne peux plus rien faire.
-Io…ri ?
Lorsque Laura prononça mon nom et tourna ses yeux dénués de vie dans ma direction, je ne pus me retenir davantage et je laissai mes larmes s’échapper. Je pleurais pour mon père que j’avais condamné à une longue agonie, pour ma mère qui ne pouvait rien faire à part retarder le jour fatidique, pour Hélio qui avait mis sa confiance en moi, pour Tante Marie que j’avais trahie en laissant tout tomber, et pour Laura que je n’avais pas pu sauver…Je n’étais vraiment qu’une bonne à rien…Tout était fini, j’avais échoué…
-Iori…S’il te plait…redonne le sourire à Darksky ; me demanda-t-elle en s’efforçant de sourire une dernière fois.
-Attends Laura, qu’est-ce que tu veux dire ? Pourquoi ne pourrais-tu pas le faire aussi ? Tout n’est pas fini encore, n’est-ce pas ? Lui répondis-je, une dernière once d’espoir dans le cœur.
Des larmes se mirent à couler sur les joues glacées de Laura. Non, il n’y avait rien à faire. Même en y mettant toute la volonté du monde, il fallait que je me rende à l’évidence…
Puisant dans ses dernières forces, la jeune fille tenta d’attraper une carte qu’elle avait sur son disque de duel encore actif.
-Pa…pa, s’il…te plait…Trishula…
-Laura, ne bouge pas trop, tu dois te reposer, tu dois être en forme pour demain ; lui répondit tendrement le criminel.
-De…main ?
-Oui, demain, les cours reprennent, le tournoi est fini, de même que la guerre, il n’y a plus aucune raison pour que tu sèches les cours, n’est-ce pas ? Je t’accompagnerai si tu veux, je pourrais même être votre superviseur au club de duel, comme ça, tu pourras être fière de ton père, tu en dis quoi Laura, ça te va comme programme ? Je rachèterai notre maison et tout redeviendra comme avant, je te le promets, alors Laura…je t’en supplie…reste…reste avec moi ! Si j’ai accepté de revenir dans ce monde…c’était…c’était uniquement pour te revoir une dernière fois, alors s’il te plait, ne pars pas ! C’était moi qui étais censé mourir, pas toi !
Je détournai le regard, incapable d’en supporter plus. Tout ça, c’était de ma faute. J’avais eu la prétention de défier Armageddon et voilà où j’en étais. Je m’étais fait une amie chère en la personne de Laura, j’avais appris à la comprendre et à l’aimer mais j’avais été incapable de la sauver, même en sachant ce qui allait lui arriver…
-Papa…Tu n’es qu’un idiot…Répondit-elle dans un murmure.
-Oui, je suis un idiot, le roi des idiots, mais c’est pourquoi, je ne peux pas vivre seul !
-Je suis…désolée…papa…j’aurais tant voulu…
Laura ne termina pas sa phrase et je vis la pression qu’elle exerçait sur le bras de Shadow se relâcher puis sa main tomba mollement au sol, juste au moment où mon père débarqua dans la salle telle une furie.
-LAURA !
Non…Tout mais pas ça…Je ne pouvais pas le revivre une seconde fois…Je ne pouvais pas…c’était au-dessus de mes forces…Ce désespoir dans ses yeux, sa tristesse infinie, sa haine contre les démons…Pourquoi…Pourquoi devais-je subir cela une seconde fois, ce n’était pas ce que je voulais…
-Adieu…Papa…Adieu…Darksky…Iori…Je te le laisse …Rends à ton père…son sourire…
Ce furent les derniers mots de Laura avant que ses yeux ne se ferment pour toujours. Quant à moi, je ne pouvais pas revivre encore une fois cela…je ne pouvais pas le supporter !
Je m’enfuis donc dans la forteresse sans me retourner, sans oser affronter le regard de ma mère lorsque je passai devant elle, ne cherchant qu’à fuir le plus loin possible de mon père que j’avais été incapable de soigner…
-Armageddon ! Hurlai-je avec toute la rage accumulée en moi contre cette créature.


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mentali71

avatar

Messages : 3246
Points : 3641
Réputation : 5
Date d'inscription : 11/02/2014
Age : 26
Localisation : tu vois chalon sur saone ? gg tu m'as trouvé

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Lun 2 Mai - 16:31

snif pourquoi laura pourquoi ??? armaguedon maiq quel enflure tin vivement qu'ils lui regle son compte



 "Tsudoishi negai ga aratani kagayaku hoshi to naru! Hikari sasu michi tonare! Shinkuro Shoukan! Hishouseyo, Sutādasuto Doragon!"
"Ouja no Kodou, Ima Koko ni Retsu wo Nasu. Tenchi Meidou no Chikara wo Mirugaī! Shinkuro Shoukan! Waga Tamashī, Reddo Dēmonzu Doragon!

"Kuroki Senpū yo! Himetaru Omoi wo sono Tsubasa ni Genshutsu seyo! Shinkuro Shoukan! Maiagare, Burakkufezā Doragon!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4572
Points : 4791
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 19
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Mar 3 Mai - 18:07

pourquoi? c'est une excellente question ça!^^ bon c'est pas fini hein, il reste peut-être une infime chance qu'elle s'en sorte o:


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1822
Points : 1841
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans un asile ...

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Mar 3 Mai - 18:20

Sans vouloir critiquer, je me doutais que ça n'allait pas se terminer sur un ''Happy End''. Vivement qu'Armageddon se fasse poutrer la gueule une bonne fois pour toutes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4572
Points : 4791
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 19
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Mar 3 Mai - 21:00

oh, mais qui a dit que ça serait une bad end pour iori? :3 le chapitre n'est pas fini, il reste un petit dernier chapitre *_* (d'ailleurs comme promis, le chapitre iori bouffera l'histoire principale maintenant :3)
et tant de haine envers armageddon D:


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1822
Points : 1841
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans un asile ...

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Mer 4 Mai - 18:25

Mais il la mérite cette haine ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heart

avatar

Messages : 4572
Points : 4791
Réputation : 5
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 19
Localisation : paris

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Mer 4 Mai - 21:59

bon c'est pas faux x) mais gariatron a été bien plus salaud et pourtant vous vous acharnez pas dessus x) mais après, je veux pas qu'il paraisse gentil donc c'est bien que vous le détestiez vu que c'est le gros méchant pas beau de la saison 3 quand même :3


Mon Heros <3

dialga <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
honest

avatar

Messages : 1822
Points : 1841
Réputation : 3
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans un asile ...

MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   Jeu 5 Mai - 10:47

Bof, qui je déteste le plus entre Gariatron et Armaggedon ? Je ne sais pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fic] L'ascension des démons   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Fic] L'ascension des démons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Fic] L'ascension des démons
» [FW] Nouveautés Démons Forgeworld
» [Démons] Optique de no-limit monothéiste Slaanesh
» Bourse Expo de MONS ( Belgique )
» Armée démons de slaanesh a 40K

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Yume Nikki :: Discussions generales :: Créations :: Fanfiction-
Notre Team OTK
Notre Youtube
Nos Events